islam_canada

Canada : il deviendra illégal de s’opposer au multiculturalisme !

Source : FIGAROVOX/TRIBUNE

NDLR Avec un coup d’avance sur nous, les Canadiens progressent dans la société multiculturelle et sa promotion juridique liberticide. Le projet de loi contre l’islamophobie actuellement en discussion rappelle bien des débats français sur ce que l’on peut et ne peut pas dire. L’analyse du sociologue canadien (Ph. D) Mathieu Bock-Côté résonne donc comme un cri d’alarme, non seulement pour nos cousins, mais aussi pour nous.

Alors qu’un projet de loi contre l’islamophobie est en discussion au Parlement québécois, Mathieu Bock-Côté s’élève contre l’interdiction progressive de toute contestation du modèle multiculturel.

Au mois de juin dernier, le gouvernement du Québec, dirigé par le Parti libéral de Philippe Couillard (fédéraliste) présentait le projet de loi 59 (PL 59), visant officiellement à lutter contre les « discours haineux ». On l’aura compris, il s’agissait, plus particulièrement, de lutter contre « l’islamophobie », qui contaminerait apparemment de grands pans de l’opinion publique.

On ne pourra plus se questionner sur la responsabilité de l’islam dans sa difficile intégration aux sociétés occidentales. Chose certaine, ce sont de tels esprits qui s’empareront de cette loi pour faire régner la leur.

Le projet de loi est ces jours-ci examiné en commission parlementaire et suscite une inquiétude de plus en plus marquée, surtout, on s’en doute, chez ceux refusent l’aplaventrisme devant l’idéologie multiculturaliste. Ses partisans, quant à eux, brandissent l’étendard d’une société vraiment inclure.

Pour l’essentiel, le PL 59 accorderait aux individus le droit de porter plainte non plus seulement en leur nom propre, s’ils se sentent diffamés, mais au nom d’une communauté qu’ils croiraient victime de propos haineux, sans qu’on ne sache comment définir les propos en question. La Commission des droits de la personne et de la jeunesse (CDPDJ), qui est un peu l’équivalent québécois de la défunte HALDE, serait alors responsable d’enquêter pour identifier les contrevenants. Elle pourrait non seulement punir ceux qui s’en rendraient coupables en en leur distribuant des amendes salées, mais établir un registre public des délinquants et censurer les publications qui accueillent un tel discours. La CDPDJ détiendra pratiquement le pouvoir de censurer les médias qui ne se soumettent pas à sa vision.

La question est vite venue : qu’est-ce qu’un propos haineux ? Et qui aura le droit de les définir ? Ne risque-t-on pas de donner un pouvoir immense aux radicaux de chaque communauté qui prennent la moindre critique pour une injure ? La présence en commission de l’imam Salam Elmenyawi a laissé deviner la suite des choses : il a expliqué qu’on devrait interdire de rire des religions en général et de l’islam en particulier. Samira Laouni, une autre figure reconnue de l’islamisme montréalais, a plaidé quant à elle pour qu’il ne soit plus possible de soutenir qu’une religion entre en contradiction avec les exigences de la société démocratique. Autrement dit, on ne pourra plus se questionner sur la responsabilité de l’islam dans sa difficile intégration aux sociétés occidentales. Chose certaine, ce sont de tels esprits qui s’empareront de cette loi pour faire régner la leur. On devine le sort qu’ils réserveraient à un essayiste décomplexé ou à un journal irrévérencieux : ils le traîneraient devant les tribunaux.

Certains soutiennent que dans sa forme actuelle, le projet de loi 59 ne va pas jusque-là. Mais nous n’avons aucune raison de les croire. Chose certaine, il conduit naturellement à une société de plus en plus frileuse intellectuellement. Surtout, il illustre bien la tendance contemporaine à imposer des balises de plus en plus étroites à la liberté d’expression au nom du vivre-Ensemble diversitaire.

Le projet de loi 59 accorderait ainsi un pouvoir démesuré aux lobbies identitaires voulant définir eux-mêmes ce qu’on a le droit de dire ou non à leur sujet.

La thèse est la suivante et nous vient de la « philosophie de la reconnaissance » : pour assurer la bonne entente entre les communautés, il faut éviter de froisser leurs sensibilités, et de heurter ce qu’elles tiennent respectivement pour sacré. Il y a non plus seulement un droit fondamental à croire ce qu’on croit, mais à obliger les autres à respecter ses croyances. On voudra les blinder juridiquement. L’amour de l’autre devient obligatoire. L’esprit critique n’est plus le bienvenu.
Le projet de loi 59 accorderait ainsi un pouvoir démesuré aux lobbies identitaires voulant définir eux-mêmes ce qu’on a le droit de dire ou non à leur sujet. En quelque sorte, ils parviendraient à inscrire dans le droit leur définition du blasphème et le récit qu’ils proposent de leur propre domination. Cette proposition, on le sait, est portée depuis longtemps par l’Organisation de la coopération islamique. Mais on s’en doute, elle pourrait aisément être récupérée par n’importe quel groupe identitaire voulant se blinder contre la critique ou simplement, contre l’humour abrasif. Le sacré des uns doit devenir celui des autres.
Une telle proposition fait écho à la volonté souvent exprimée par la CDPDJ d’interdire l’appel public à la discrimination. Derrière ses apparences vertueuses, on paverait ainsi le chemin à un resserrement sans précédent de la liberté d’expression. On voit jusqu’où peut aller cette loi dès qu’il est question des nombreuses réformes sociétales qui prétendent chaque fois abolir une discrimination. Ceux qui s’opposeront à de telles réformes tomberont-ils sous le coup de la loi ? Seront-ils accusés de collaborer à un ordre discriminatoire et de chercher à le perpétuer ? À tout le moins, c’est un puissant dispositif inhibiteur qui s’installera au cœur de l’espace public.

Ceux qui ne communient pas à la révélation diversitaire étaient déjà disqualifiés moralement. On veut désormais les criminaliser, en faire des ennemis publics à combattre par tous les moyens nécessaires.

Derrière cela, on veut interdire la contestation politique et idéologique du multiculturalisme d’État. Le système médiatique a depuis un bon moment psychiatrisé la dissidence en contexte diversitaire en la définissant par une série de phobies qu’il faudrait refouler dans les marges de la vie publique. De la xénophobie jusqu’à l’europhobie, en passant par l’homophobie et la transphobie, le désaccord est présenté à la manière d’un dérèglement mental contradictoire avec les exigences élémentaires de la raison. Il faudrait les rééduquer. L’école, d’ailleurs, devra moins transmettre une culture marquée par l’intolérance qu’inculquer les nouvelles vertus d’ouverture. On fabriquera un nouveau peuple.

Ceux qui ne communient pas à la révélation diversitaire étaient déjà disqualifiés moralement. On veut désormais les criminaliser, en faire des ennemis publics à combattre par tous les moyens nécessaires. Il va sans dire qu’un tel projet de loi n’a rien de spécifique au Québec. Dans toutes les sociétés occidentales, aujourd’hui, l’idéologie de la diversité entend redéfinir à sa manière les termes du débat public, en définissant ce qui est acceptable et ce qui n’est pas. Elle veut définir les limites des dicibles, et en finir avec ses contradicteurs, d’autant qu’ils sont de plus en plus nombreux.

C’est tout un dispositif qui se déploie pour censurer les adversaires du nouveau régime multiculturaliste, qui ne tolère plus qu’on remette en question ses fondements. On ne sera pas exagérément surpris. Pour le dire avec Raymond Aron, « un régime nouveau est toujours impatient d’affermir son autorité en détruisant les fondements du régime ancien ». Le multiculturalisme d’État s’impose en diabolisant la société contre laquelle il se construit. Ceux qui ne se reconnaissent pas dans cette vision de l’histoire seront considérés comme des ennemis à éradiquer, comme les fantômes d’un vilain passé venant hanter notre présent émancipé. Et ceux qui lui rappellent son autoritarisme seront persécutés légalement.

Crédit photo : scottmontreal via Flickr (CC) = Muslim woman in a demonstration