incendie nauen

Allemagne : un incendie criminel détruit le chantier d’un centre d’accueil d’immigrés

26/08/2015 – MONDE (NOVOpress)
Une salle de sport scolaire en cours de transformation comme refuge temporaire pour les demandeurs d’asile a été brûlée lors d’un incendie criminel.

Les enquêteurs croient que l’incendie survenu dans la petite ville de Nauen, à l’ouest de Berlin, a été provoqué intentionnellement. Personne n’a été blessé. Des manifestants avaient déjà manifesté contre l’arrivée de ces clandestins dans la région. Un peu plus tôt la chancelière allemande Angela Merkel avait condamné des manifestations violentes devant un refuge d’asile dans la ville de Heidenau, près de Dresde, en fin de semaine dernière. Des dizaines de policiers ont été blessés dans les affrontements. Mme Merkel a décrit le comportement des militants patriotes à Heidenau comme « révoltant » et « honteux » et a décidé d’aller rendre visite aux réfugiés de cette ville ce mercredi. L’Allemagne attend jusqu’à 800.000 demandeurs d’asile avant la fin de 2015. La plupart des Allemands sont favorables à l’arrivée des demandeurs d’asile, mais une petite minorité reste ferme dans son opposition. Le brasier a détruit le gymnase dans les premières heures de mardi.

Le bâtiment, partie d’un établissement scolaire, devait abriter quelque 130 réfugiés signalent divers rapports. Selon la police il était « hautement improbable » que l’incendie ait été causé par un défaut technique et est considéré comme un incendie criminel. Dietmar Woidke, représentant élu de la province de Brandebourg, où se trouve la ville de Nauen, a promis une tolérance zéro à « toute forme de xénophobie ». Jurant de traduire en justice les auteurs de l’incendie, il a déclaré que toute action contre les demandeurs d’asile est « honteuse et indigne de l’Allemagne ».

Un autre abri en préparation a aussi été incendié dans le sud-ouest de la ville de Weissach im Tal, près de Stuttgart, lundi dernier. Là aussi la police considère qu’il s’agit d’un acte volontaire.
« Réfugiés Bienvenue ! » proclame la première page du journal Bild ce matin, pour bien montrer que la majorité des Allemands qui est horrifiée par une nouvelle attaque sur des logements destinés aux demandeurs d’asile.
Le nombre de ces attaques a augmenté fortement cette année, même si elles sont encore relativement faibles, à environ 200 actes délictueux et beaucoup ici prennent soin de souligner que cela est le fait d’une petite minorité. Toutes les tendances politiques par leurs députés et ministres ont condamné la xénophobie. Mais, dans un pays encore douloureusement conscient de sa responsabilité durant la Seconde Guerre mondiale, c’est l’ignominie de trop. Selon les termes de Norbert Lammert, Président du Bundestag, la violence est « une honte pour notre pays ».

La sécurité a été renforcée dans un centre récemment ouvert à Heidenau ce week-end après deux nuits de manifestations. La police a dû utiliser des gaz lacrymogènes et des sprays au poivre aux premières heures de samedi matin afin de lever un blocus de l’abri des réfugiés. Des centaines de personnes ont jeté des bouteilles et des pierres sur la police, blessant 31 officiers. Des contre-manifestations avec des militants de gauche se sont confrontées aux les manifestants de droite.
Le Vice-chancelier Sigmar Gabriel a aussi visité Heidenau lundi et le ministre de l’Intérieur Thomas de Maiziere a promis d’utiliser « toute la force de la loi » contre tous ceux qui ont prôné la violence contre les immigrés.