Chard-Présent-8406

Je suis FdeSouche ! (Présent 8406)

29/07/2015 – MÉDIAS (NOVOpress)
Entretien exclusif

Très loin de l’esprit Charlie, Pierre Sautarel, l’un des principaux contributeurs du site FdeSouche (100 000 visiteurs par jour), fait l’objet de méthodes de pression policière et judiciaire. Après le Salon Beige et de nombreux sites amis, après les cadres FN comme Julien Sanchez ou Philippe Martel qui saluent son travail de réinformation formidable, Présent est le premier quotidien qui lui apporte aujourd’hui son soutien et lui donne librement la parole.

— Vous avez fait l’objet d’une convocation musclée de la police, pour quelle raison ?
— J’ai reçu une convocation de la police pour une affaire de diffamation. Sur place j’ai appris que c’était dans le cadre d’une diffamation visant Pierre Bergé qui porte plainte. On me reproche d’avoir publié sur FdeSouche un lien vers un article du site Panamza que Pierre Bergé juge diffamatoire. Juste un lien. Même pas un copié-collé de l’article.
8406-Une
— La police vous a traité comme un terroriste.
— C’est sans doute à rapprocher des propos récents de la sénatrice verte Benbassa ou de Laurent Joffrin de Libération. Il y a toute une stratégie en ce moment pour essayer de mettre dans un même panier islamistes, catholiques traditionalistes et patriotes français selon l’idée que tous les ennemis de la France plurielle font le jeu d’Al-Qaïda. C’est de plus en plus le discours officiel. Oui j’ai été traité avec agressivité, les trois flics qui s’assoient autour de vous, qui vous assaillent de questions dans tous les sens, les remarques qui se veulent humiliantes : « vous n’avez pas le courage de vos idées, vous n’assumez pas », les coups d’énervement un peu feints. Ils voulaient absolument obtenir une chose : que je reconnaisse que je suis le directeur de la publication de FdeSouche. Or, je ne suis pas le directeur de publication du site. Le directeur est un Indien qui vit en Inde. La police l’a déjà recherché et a enquêté sur lui par le biais d’Interpol. Cette enquête a prouvé son existence. Pour le trouver, ils ont même convoqué des Tamouls de la région parisienne qui portaient un nom ressemblant. Des Tamouls du 93 qui se sont retrouvés auditionnés, car ils croyaient que c’étaient eux les responsables de FdeSouche… Les grosses manœuvres !

— Vous les rendez fous, ces flics, pourquoi veulent-ils à tout prix que ce soit vous le responsable légal ?
— L’intérêt d’avoir un directeur de la publication sous la main c’est de le poursuivre. De multiplier les procédures à gogo, d’avoir accès à toutes les données informatiques du site, de faire des réquisitions et des perquisitions informatiques. On a alors un site qui est sous le contrôle de la police et de l’État. C’est ce qu’ils veulent. À partir du moment où FdeSouche est hébergé à l’étranger, il faudrait que ma prétendue diffamation soit considérée comme un délit dans le pays qui l’héberge pour poursuivre. Une procédure pour diffamation contre Pierre Bergé, franchement, en Inde, ils s’en foutent…

— Plus vous avez nié et plus les policiers se sont énervés. Ils sont partis perquisitionner chez vous et ont forcé votre porte ?
— Ils ont saisi mon smartphone que j’avais avec moi lors de la convocation. Ils se sont ensuite rendus chez moi, ont forcé la porte avec un serrurier et ont entièrement perquisitionné l’appartement à la recherche de mon matériel informatique et de mon ordinateur qu’ils n’ont pas trouvé.

— Vous pensez que Pierre Bergé a pu exercer une influence en haut lieu sur cette descente ?
— Je pense que Pierre Bergé n’a même pas besoin de demander quoi que ce soit ni d’insister. Nous sommes dans une sorte de ploutocratie où quand un grand bourgeois proche du pouvoir comme Pierre Bergé porte plainte, on y prête plus d’attention que si c’est Madame Michu, fermière dans la Nièvre. Le juge se sent tout de suite pousser des ailes, protégé et autorisé à aller loin. Je pense que Pierre Bergé a porté plainte contre les propos et que c’est le juge qui fait du zèle. C’est l’impression que j’ai eue.

— Est-ce que vous dérangez particulièrement en ce moment ? Vous agacez le pouvoir en place ?
— Dans une période où tout nous donne raison, ils sont ennuyés, oui. Que ce soit avec l’explosion de la délinquance, comme les 17 commissariats attaqués pendant la période du 14 juillet dont aucun média en vue n’a parlé, ou avec la montée des attentats islamistes, nous assistons à l’explosion de leur France plurielle et à une grave régression au niveau sécuritaire, identitaire et civilisationnelle. Et les gens en prennent de plus en plus conscience. Même François Hollande est obligé de parler d’identité nationale pendant son discours du 14 juillet ce qui prouve que c’est au cœur des motivations de l’opinion publique. Faire taire dans un tel contexte un des sites qui est le porte-parole de ces valeurs-là, ce serait pas mal pour eux.

— Tous les jours, vous trouvez des exemples dans la presse locale ou nationale, des exemples qui passent en page 25 derrière les chiens écrasés et que vous collectez et mettez en lumière. C’est particulièrement efficace.
— On ne peut pas nous accuser de mentir. Nous bousculons toute leur hiérarchisation de l’information et nous avons plus de visibilité que certains journaux professionnels ou même locaux. À ce qui serait passé complètement inaperçu, nous lui offrons une visibilité auprès du plus grand nombre. La profusion est éclatante. Les Français ne croient plus vraiment ce que leur disent les journaux télé lorsqu’ils constatent tout ce qui est passé sous silence.

— Est-ce que ces méthodes d’intimidation vous… intimident ?
— Ça ne m’intimide pas du tout, ça renforce mes convictions. C’est une preuve de l’utilité de notre travail. Je ne pense pas qu’ils se donneraient autant de mal pour nous faire taire si on ne les dérangeait pas. Ils essayent de nous empêcher de leur nuire. Nous prenons ça comme une forme de récompense sadique ! On atteint comme un paroxysme avec la police qui sert en quelque sorte de relais aux campagnes d’intimidation des islamistes. J’ai été visé par Forsane Alizza (NDLR : le groupe terroriste islamiste avait projeté de tuer Pierre Sautarel) qui a été jugé au début du mois et deux semaines après je me retrouve convoqué par la police. Je me demande où est passé l’esprit Charlie

Propos recueillis par Caroline Parmentier