Expulsion des immigrés clandestins d’Arabie Saoudite : quand on veut, on peut

Plage française interdite au public pour cause de famille royale saoudienne

Source : Boulevard Voltaire Plage française interdite au public pour cause de famille royale saoudienne

Vous vous apprêtez à aller bronzer sous le soleil de Vallauris, sur la côte d’Azur ? Vous rêvez de vous allonger sur le sable chaud de la plage de la Mirandole ? Pas de bol : elle sera interdite au public pour un temps pour le moment encore indéterminé.

En cause, l’arrivée, à quelques encablures, d’une famille royale prenant ses quartiers d’été dans sa luxueuse propriété. En effet, les Saoudiens – férus de mixité sociale – ont commencé d’ériger des clôtures sur la plage publique sans attendre « la fin des discussions en cours entre la France et les autorités saoudiennes concernant les conditions de sécurisation » de son séjour.

Le sous-préfet Philippe Castanet, soucieux de faire les choses dans les règles de l’art – puisque « aucun arrêté préfectoral n’interdit l’accès à cette plage publique » – a cependant « demandé au propriétaire d’interrompre ces travaux entrepris prématurément » afin de déterminer comment « la sécurité aux alentours de la villa sera assurée ». Autrement dit, là où il n’y avait pas d’arrêté, il va le décréter. Et tant pis pour les vacanciers…

Qui plus est, monsieur Castanet ne respecte pas la loi, l’attribution d’une « plage privée » devant correspondre à des critères bien définis. La famille saoudienne exploite-t-elle un établissement touristique proposant des activités balnéaires ? Garantira-t-elle aux promeneurs l’accès libre à la mer, sachant que la seule possibilité se trouve être un tunnel, pour lequel le sous-préfet a « fait intervenir la police pour empêcher qu’une grille soit scellée » ? La SNCF – propriétaire de ce tunnel et non prévenue des travaux – va-t-elle donner son accord ? Un suspense insoutenable quand on apprend que, finalement, en dépit des libertés que s’est octroyées la famille saoudienne, « la plage publique devrait être totalement interdite au public le temps du séjour de la famille royale ». Laquelle sera bien protégée. Reste à se mettre d’accord sur le type de sécurité. Des vigiles privés, des policiers ? Des privés rémunérés par la famille royale ? En voilà, une bonne idée !

En période de « terrorisme fondamentaliste » dont « la menace a atteint un niveau qui n’a pas d’équivalent dans notre histoire récente », comme le soulignait récemment François Hollande, précisant même que « les premières victimes sont les musulmans », en protéger la famille royale saoudienne est, en effet, tout à fait « normal »…

Caroline Artus