Étampes : la dhimmitude était bien au rendez-vous, la laïcité, toujours pas !

17/07/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Malgré les dénégations de Franck Marlin, maire d’Étampes, la mairie a bien organisé une fête pour l’Aïd Fitr, fête religieuse, au profit des musulmans de sa commune.

Comme prévu par NovoPress dans notre article du 15 juillet, une fête de l’Aïd Fitr s’est bien déroulée à Étampes pour célébrer la fin du ramadan


Les témoignages recueillis sur place font état d’habitants du quartier assurant eux-mêmes la circulation et bloquant les accès, la police ne souhaitant pas, par sa présence, faire de provocation. Pour autant qu’on le sache, il n’y a pas eu d’incident à déplorer.

Malgré le communiqué du maire vilipendant notre article

Un article paru le 15 juillet sur un site internet d’actualité, affilié à un courant de pensée d’extrême droite, a semé le trouble sur les réseaux sociaux […] Cette polémique est donc parfaitement infondée et injustifiée. Elle n’a pour objectif que de susciter la haine, le rejet, la discrimination.

Celui-ci a bien confirmé que la « fête » se tiendrait bien :

Capture d’écran 2015-07-17 à 16.44.24

Echange de tweets à propos de la fête de l’Aïd Fitr à Etampes. L’un d’eux évoque le fait que la manifestation passera en frais de « fête de quartier »

« C’est ainsi que la fin d’une fête religieuse sera célébrée d’ici la fin du week-end. Les membres de cette communauté profiteront d’une structure mise en place pour les enfants des centres de loisirs et louée par la commune à un tarif en rien comparable aux chiffres avancés. » Formule qui s’apparente à du bluff puisque le maire ne donne aucun chiffre quant au coût de cette manifestation, qui sera sans doute habilement dissimulée dans le budget de la ville sous la rubrique « Fêtes et cérémonies »… ou comme une fête de quartier, alors qu’il s’agit réellement d’un rassemblement communautaire religieux.
Des habitants d’Étampes témoignent d’ailleurs de ces pratiques…
Par ailleurs, le maire fait état de « notre mensonge sur la date », alors que nous évoquions le « 18 juillet 2015, de 20 h à 23 h ». Cela correspondait effectivement aux infos en notre possession au moment de la publication. Nous présentons donc nos excuses à ceux de nos lecteurs qui par notre faute auront raté l’événement qui s’est déroulé ce vendredi 17 juillet.
Mais parlant de mensonge, quand M. Marlin indique que

Le jour et l’heure de la fin du ramadan ne sont toujours pas connus en ce jeudi 16 juillet 17 h 30. Comment la Ville d’Étampes aurait-elle pu anticiper cette cérémonie ?

alors que le chapiteau pour accueillir cette fête a été monté le jeudi 16 dans l’après midi, c’est à dire avant que le maire ne publie son communiqué… Comment dire, sans vous faire de peine ? M. le maire, tout cela n’est guère cohérent. “Un tissu de contrevérités” osez-vous écrire à notre endroit. Vous connaissez l’histoire de l’arroseur arrosé ?

4667989_11-1-1016638665_545x460_autocrop

Etampes. Près de deux cents personnes étaient présentes à la pose de la 1e pierre de la future mosquée de la rue de la Croix-de-Vernailles.

Dans le même ordre d’idées, Franck Marlin se pose en grand défenseur de la laïcité, alors qu’il a surtout posé la première pierre de la seconde mosquée d’Étampes dont les travaux ont commencé, alors même que la France est sous la menace d’attentats islamistes et que Manuel Valls se dit prêt à fermer des mosquées.

Signalons aussi sa sollicitude plus marquée à l’égard de certaines communautés que d’autres. Il a ainsi mis à disposition le 12 février dernier la salle des fêtes d’Étampes pour une journée communautaire en hommage à deux “jeunes” de la cité de Guinette décédés dans un accident de la circulation et qui selon nos sources étaient « défavorablement connus par les services de police ».
Nous n’avons pas connaissance (mais en demandons qu’à être détrompés…) de telles actions municipales quand les victimes d’accidents de la route étampois ne sont pas issus de la diversité et/ou des quartiers « sensibles ».

NOVOpress prend donc acte de quelques erreurs que M. le maire a bien voulu nous signaler, mais lui conserve sa palme de « Dhimmi du Mois » pour sa complaisance envers l’islam et les musulmans de sa commune. Peut-être cet ardent défenseur de la laïcité croit-il que le terme ne vaut que pour lutter contre les racines judéo-chrétiennes de la France ?