drapeau DAESH ISIL Etat islamique

Attentat déjoué : l’État islamique avait demandé à l’un des suspects de «frapper» en France

17/07/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Les trois islamoracailles arrêtées dans le cadre de l’attentat déjoué sont déférées au parquet pour préparation d’actes de terrorisme. L’un d’eux avait reçu pour instruction d’un djihadiste de l’EI de « frapper sur place en France ».

Le procureur de la République de Paris a ouvert vendredi une information judiciaire à l’encontre des trois personnes suspectées d’avoir préparé un attentat contre une base militaire, apprend-on d’un communiqué diffusé par le procureur de la République de Paris, François Molins.

Ismaël K., âgé de 17 ans, aurait reçu pour instruction de « frapper » en France quand il s’était retrouvé dans l’impossibilité de partir en Syrie pour y mener le djihad. Il apparaît comme le leader du groupe.

Djebril A., l’ancien marin réformé, a confirmé de son côté avoir suggéré de s’attaquer à une cible qu’il connaissait pour y avoir été affecté comme guetteur sémaphorique : le sémaphore de Bear.
Antoine F. a de son côté confirmé le projet de la bande de partir en Syrie, avant de se rabattre sur une action en France. Ils projetaient de s’introduire dans le sémaphore de Bear, de tuer les militaires présents et de décapiter le responsable du site, tout en filmant l’ensemble de la scène. Il s’était récemment converti à l’islam.
Rappelons qu’un quatrième suspect a été relâché du fait de son jeune âge.

L’enquête est encore en cours, comme l’explique le communiqué du procureur de la République

L’exploitation — qui se poursuit — des supports informatiques et de téléphonie saisis en perquisition chez les mis en cause a d‘ores et déjà permis de révéler des échanges avec la SYRIE, la présence de documents sur la confection d’engins explosifs ou encore des éléments de propagande de DAECH (guide de « bonne conduite » du djihadiste sur le maniement des armes, vidéos d’exactions meurtrières).

La divulgation de ces informations démontre plusieurs points :
• l’EI adapte bien à la France sa méthode de terrorisme « low cost », téléguidant des résidents, plus difficiles à repérer et surtout plus facilement remplaçables que des terroristes « professionnels ». Au temps pour les multiples « déséquilibrés » et autres « loups solitaires » que médias et autorités nous servent à chaque nouvelle attaque islamoterroriste.

• Au passage, relevons la contradiction entre le discours officiel sur « l’autoradicalisation » véhiculé par le communiqué (« Djebril A., Antoine F. et Ismaël K. ont tous trois en commun — au-delà de leur jeune âge — de n’avoir jamais été condamnés, d’avoir un niveau baccalauréat et de s’être fortement radicalisés, en particulier par le visionnage de vidéos de l’EI. ») et la réalité des faits, elle aussi présente dans le communiqué : « Il apparaît en particulier un contact entre Ismaël K. et un individu actuellement en Syrie dans les rangs de l’EI qui, face à l’impossibilité d’Ismaël K. de quitter la FRANCE, lui disait de “frapper sur place en FRANCE”, ».

• le phénomène de radicalisation touche aussi bien les personnes de culture musulmane que les convertis récents.

• La divulgation de cette affaire par Hollande et Cazeneuve à des fins de communication politicienne relève bien de l’amateurisme le plus complet, si ce n’est de la parfaite irresponsabilité.
Il est facile de comprendre à la lecture du communiqué que les trois islamoracailles arrêtées ne sont que de menu fretin que les services se « gardaient sous le coude » afin de remonter des filières de recrutement de djihadistes en France. L’exposition publique de cette affaire réduit évidemment ces efforts à néant. Il ne faudra pas se plaindre quand d’autres attentats perpétrés par quelques « loups solitaires » chassant en meute ne seront pas « déjoués ».