drapos grece all

Négociations Grèce contre Allemagne et reste de l’eurozone – Victoire allemande par KO

Source : Le Noeud Gordien
L’Allemagne gagne sur tous les fronts, mais les conséquences en termes de relations entre les peuples européens menacent d’être très graves.

Le marathon de réunions de l’Eurogroupe puis du Conseil européen, 31 heures au total du samedi 11 au lundi 13 juillet, a abouti à un résultat qui se présente comme définitif. Même si la crise grecque connaîtra à coup sûr dans les mois et les années qui viennent de nouveaux rebondissements, il est possible d’ores et déjà de tirer un bilan.

Si on résume le résultat de la séquence février — juillet 2015 du point de vue grec :
— La Grèce doit continuer la stratégie faillie appelée « austérité » c’est-à-dire dévaluation interne et libéralisation, malgré son échec catastrophique des cinq dernières années
— Elle n’a obtenu en échange aucun programme d’investissement significatif — les « 35 milliards » déjà cités par Jean-Claude Juncker sont des fonds structurels et autres mesures déjà prévues
— Elle n’a obtenu en échange aucun engagement que ce soit ni en faveur d’une décote ni même en faveur d’une simple restructuration de la dette. La déclaration des créanciers comme quoi une restructuration pourrait être envisagée ultérieurement n’a aucune valeur d’engagement, une telle déclaration avait déjà été faite en 2012 sans être suivie du moindre effet
— Le vote de son peuple a été purement et simplement annulé
— La stratégie d’austérité a été encore durcie, poussée à un extrême pour raison évidemment politique, constituant une véritable punition de la Grèce pour son « mauvais » vote lors du référendum du 5 juillet.
Bref, la Grèce est totalement vaincue, l’échec de la tentative de changer la stratégie économique imposée à la Grèce par la Troïka est complet.

Du point de vue allemand maintenant :
— L’Allemagne a évité de faire le moindre geste envers la Grèce, même si une décote sur l’insoutenable dette grecque – d’autant plus démesurée que l’économie grecque a chuté d’un quart sous le choc de la stratégie d’austérité imposée à Athènes depuis cinq ans – aurait coûté à Berlin incomparablement moins que l’abandon par la Grèce de sa créance sur l’Allemagne en 1990, sans parler des créances abandonnées par les autres pays européens au moment de la réunification allemande et pour aider le pays à tourner définitivement la page
— Démonstration a été faite qu’aucun pays ne peut changer la stratégie imposée au niveau européen sous influence directrice allemande. L’assentiment français à cet état de fait a notamment été confirmé – quelles que soient les circonvolutions, nuances et objections, Paris au final suit toujours Berlin, non pour un compromis, mais pour un alignement
— Les instruments de pression économique ont démontré leur puissance, BCE en premier lieu, et leur contrôle permet aux Institutions européennes de forcer l’accord de tout gouvernement de l’eurozone. Comme l’a dit François Hollande à l’issue du sommet « Si l’accord n’avait pas été clair, la BCE n’aurait pas pu continuer son activité de liquidité » – c’est-à-dire que l’écroulement du système bancaire grec aurait été parachevé. L’Espagne, le Portugal peuvent trembler. L’Italie elle-même… (et quant à la France ?)
— La voie de la contestation de la stratégie européenne par le biais de la gauche dite « radicale » et pro-européenne a été barrée. Définitivement ? Le résultat électoral de Podemos en Espagne en fin d’année donnera une indication. Mais il pourrait être fort difficile à son leader Pablo Iglesias d’expliquer comment exactement il ferait pour parvenir à un autre résultat que Syriza, c’est-à-dire somme toute une situation encore empirée pour le pays

François Hollande a honteusement échoué à se placer à la hauteur des enjeux. Placé par les circonstances et l’équilibre des rapports de force dans la position d’un pivot, il n’a su jouer que le rôle d’une roue de secours pour la chancelière allemande. L’Histoire sera très dure pour lui, tout comme pour Angela Merkel. Son objectif n’a été que d’assurer la survie de l’euro, sans prendre en compte ni la dignité et la souveraineté d’une autre nation membre en l’occurrence la Grèce, ni le sens commun économique le plus basique, car la dette grecque est insoutenable et refuser de le reconnaître n’y changera rien, ni même les conséquences sur l’entente entre nations européennes d’une telle attaque sur l’une d’entre elles.
Il avait pourtant en son pouvoir d’arrêter net le gouvernement allemand. Il lui aurait suffi de prévenir qu’en continuant à attaquer la Grèce, en parachevant la mue de l’Union européenne en instrument de pouvoir pour Berlin et en champ clos d’affrontements plutôt que de coopérations, l’Allemagne ne détruisait pas seulement sa relation avec la Grèce, mais encore avec la France. L’aurait-il fait de façon suffisamment publique qu’il aurait été impossible au gouvernement allemand de négliger un tel avertissement, car il n’aurait pu se justifier en face de la population allemande qui reste en très grande majorité raisonnable, à la différence de son gouvernement.

Lire la suite sur le Noeud Gordien->