president iranien Hassan Rouhani

Nucléaire iranien : un accord après 12 ans de tensions

14/07/2015 – MONDE (NOVOpress)
12 ans de tractations et de volte-face, un dernier round de négociations prolongé plusieurs fois, auront finalement abouti à un compromis sur le nucléaire iranien. Celui-ci pourra être développé à des fins civiles, l’occident lève les sanctions économiques.

Au terme de 21 mois de négociations et d’un round final de plus de 17 jours, un accord a été finalement trouvé entre et les pays du « P 5+1 » (États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) et l’Iran sur le nucléaire, ce matin à Vienne. Si tout se déroule sans obstacle, le texte de Vienne doit maintenant être approuvé par le Congrès américain et par le Parlement iranien.
Les Iraniens ont accepté plusieurs points cruciaux aux yeux de grandes puissances dans l’optique de cantonner strictement leur programme nucléaire à des fins civiles. Les diplomates citent notamment un régime renforcé d’inspections des installations nucléaires (parc de centrifugeuses, production de concentré d’uranium — « Yellow cake » —…). L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) aura ainsi le droit de procéder à des inspections intrusives. De même, l’enrichissement d’uranium et la production de plutonium seront encadrés afin de rester dans des normes civiles.

De leur côté, les pays du « P 5+1 » se sont engagés à lever les sanctions économiques qui plombent le développement de l’Iran. Les sanctions adoptées par l’UE et les États-Unis visant les secteurs de la finance, de l’énergie et du transport iranien seront levées dès la mise en œuvre par l’Iran de ses engagements, attestée par un rapport de l’AIEA, ce qui devrait intervenir début 2016. L’accord prévoit aussi le déblocage, à terme, de près de 150 milliards de dollars (135 milliards d’euros) d’avoirs gelés à l’étranger.

En revanche, l’embargo des Nations unies sur les armes, l’une des causes des désaccords au cours des discussions, sera maintenu pour cinq ans, et le transfert de matériels sensibles pouvant contribuer au programme balistique iranien sera interdit pendant huit ans, sauf autorisation explicite du Conseil de sécurité de l’ONU.

Si les chancelleries occidentales saluent un « accord historique », celui-ci est qualifié d’« erreur historique » par le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Israël considère en effet que l’Iran est son principal ennemi dans la région et toute possibilité de normalisation des relations entre la République islamique et le reste du monde perçu comme une menace. L’État hébreu rejoint en cela les pétromonarchies sunnites, pour qui la grande puissance chiite qu’est l’Iran reste l’ennemi à abattre. Tous craignent que le déblocage des avoirs iraniens ne serve à renforcer les capacités militaires du pays, impliqué directement ou indirectement via les milices chiites, dans tous les dossiers brûlants de la région : Syrie, Irak, Liban, Yémen…

De fait, c’est bien à une rentrée de l’Iran dans le concert des nations que cet accord pourrait aboutir. L’accord ouvre de « nouveaux horizons » pour le Président iranien Hassan Rohani. Maintenant que « cette crise qui n’était pas nécessaire » a été résolue, l’Iran et les grandes puissances peuvent « se concentrer sur les défis communs », a-t-il écrit, allusion à la lutte contre le groupe jihadiste État islamique.

Le compromis de Vienne pourrait constituer le premier pas vers une normalisation des relations entre l’Iran et les États-Unis, rompues en 1980 après la prise d’otages à l’ambassade américaine de Téhéran. Et par là même, amorcer une coopération plus ouverte entre Washington et Téhéran sur les crises en Syrie et en Irak.

Crédit photo : Capture d’écran de la conférence de presse annonçant l’accord sur le nucléaire iranien, diffusée par Euronews : Président iranien Hassan Rouhani annonce aux iraniens la conclusion de l’accord