menton

Mineurs, une filière d’immigration clandestine en pleine croissance

08/07/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Les structures d’accueil d’urgence pour mineurs sont à saturation dans les Alpes-Maritimes. Éric Ciotti demande des tests osseux pour identifier les clandestins vraiment mineurs.

On ne refoule pas les mineurs, c’est sur la base de cette disposition de Schengen que l’Italie demande à la France d’accueillir de plus en plus de jeunes clandestins.
Depuis le début du mois de juin, 170 migrants mineurs isolés ont ainsi été recueillis par des infrastructures du Foyer départemental de l’enfance chargé de l’accueil d’urgence, soit autant que pour l’ensemble de l’année 2014.

Le Foyer de l’enfance est désormais totalement saturé et des migrants mineurs isolés sont accueillis dans des structures hôtelières

a précisé le député Éric Ciotti, qui refuse d’assumer cette charge supplémentaire. Si la protection de l’enfance est l’une des compétences du département, le président du Conseil général des Alpes-Maritimes estime que ce phénomène en progression relève de la lutte contre l’immigration clandestine, du ressort de l’État, qui devrait en assumer le coût.

Éric Ciotti souhaite, avec la police de l’Air et des Frontières, mettre en place des tests osseux par radiographie, à réaliser durant les quatre heures de rétention des clandestins, afin de déterminer s’ils ont plus de 21 ans.
Le député craint que les filières de passeurs exploitent ce filon en séparant les mineurs de leurs familles lorsqu’elles passent la frontière.

Crédit photo : Marco Bernardini via Flickr (CC) = Menton