La guerre civile est à nos portes. Et si Guillaume Faye avait raison ?

Projet de guerre du Pentagone contre la Russie ? – Par Guillaume Faye

08/07/2015 – FRANCE (NOVOpress avec Guillaume Faye)

Ce qui vient de se produire menace la sécurité de l’Europe. Le Pentagone a décidé, sans aucun signe d’agressivité de la part du Kremlin, d’envoyer des moyens militaires dans les pays baltes et en Europe de l’Est. Il y aurait, paraît-il, un danger d’une attaque russe. Cette mesure s’inscrit dans une stratégie (très maladroite et contre-productive) de provocation contre la Russie, afin de créer une situation d’affrontement.

Le fantasme d’une ”menace russe”

Les ministres de la Défense de Pologne, Thomasz Siemoniak, et de Lituanie, Juozas Olekas, ont demandé aux Etats-Unis de prépositionner des armes lourdes sur leur sol, ce que le Pentagone, qui l’avait suggéré, s’est empressé d’accepter. Selon le New-York Times du 13 juin, l’US Army va, en effet, entreposer des chars lourds Abrams et des véhicules blindés de combat Bradley dans les trois pays baltes, ce qu’a validé le secrétaire d’État à la défense Ashton Carter. Des blindés et de l’artillerie US pourraient, selon le quotidien new-yorkais, être envoyés aussi en Roumanie, en Bulgarie et en Hongrie. Ce projet avait été évoqué lors du dernier sommet de l’Otan au Pays de Galles en septembre 2014, mais il se concrétise. C’est la première fois que l’US Army installe des armes lourdes aux portes mêmes de la Russie, dans des pays aujourd’hui membres de l’Otan et qui furent inclus dans l’URSS ou membres du Pacte de Varsovie. Contrairement à tous les accords qui avaient été conclus avec Gorbatchev.

Le prétexte, d’une énormité comparable à celle des ”armes de destruction massive” de Saddam Hussein, est que les gouvernements de ces pays redoutent une attaque russe ; elle serait plausible puisque Poutine, rompant l’équilibre géopolitique européen, aurait ”annexé” de force la Crimée et ”agressé” l’Ukraine en aidant militairement les indépendantistes russophones. (1) Des bombardiers russes violeraient aussi les espaces aériens des pays d’Europe du Nord et de l’Est, CQFD. (2) Les bombardiers occidentaux de l’Otan, eux, ne se sont pas gênés pour pilonner la Serbie et démolir la Libye de Kadhafi, hors de tout mandat de l’Onu, à la plus grande joie des islamistes. Pour la première fois, donc, l’armée américaine s’installe aux frontières mêmes de la Russie, une provocation extrêmement dangereuse, lue évidemment par les Russes comme un acte offensif et non pas défensif. Car prépositionner des armes lourdes à la frontière d’un pays, cela a toujours signifié dans le langage diplomatique qu’on se prépare à une guerre avec lui.

La stratégie hégémonique américaine crépusculaire

Comment interpréter cette position américaine ? Par une surestimation des autorités US de leurs moyens par rapport au reste du monde. Ils se croient les maîtres de la planète, un peu comme Rome en son crépuscule. Première remarque : il s’agit de la preuve que la politique du versatile président Obama qui voulait se désengager d’Europe a été contrecarrée par le Pentagone qui veut au contraire réarmer en Europe, comme je l’ai déjà expliqué dans ce blog, et que la politique étrangère US est déterminée par le Pentagone et non par la Maison Blanche. Seconde remarque : cette mesure n’est pas uniquement destinée à provoquer la Russie mais à bien faire comprendre à l’ensemble des Européens que l’hégémonie américaine est de retour. Le désengagement militaire américain en Europe, inauguré après le démantèlement de l’URSS, est bel et bien terminé. Et Washington signifie aux Européens : l’ennemi, c’est la Russie.

Cette stratégie, répétons-le, n’est pas destinée à prévenir une ”menace russe” imaginaire (à laquelle le Pentagone ne croit pas une seconde), mais : 1) à intimider et encercler la Russie, par une pression militaire et des sanctions économiques, de manière à affaiblir ce grand rival et à faire tomber son actuel régime jugé nationaliste et contestataire du leadership US mondial, dogme idéologique du Pentagone ; 2) à empêcher toute alliance euro-russe, tout axe Paris-Berlin-Moscou et à faire comprendre aux gouvernements européens qu’ils sont toujours des protectorats américains, militairement et économiquement. Cette stratégie d’asservissement soft a partiellement réussi avec la France qui, abandonnant sa politique gaullienne d’indépendance, a rompu le contrat de vente des Mistral avec la marine russe.

Un pas de plus a été franchi avec les tentatives actuelles de briser la neutralité de la Suède (pierre angulaire de sa diplomatie nationale depuis 1945) en la faisant participer aux manœuvres – notamment navales– de l’Otan. Le but est, à terme, de faire entrer la Suède dans l’Otan. On peut aussi évoquer l’espionnage sans gêne de la NSA contre les gouvernements ”alliés”, avec un centre d’écoute installé à Paris, sur le toit de l’Ambassade américaine, au vu et au su de tout le monde.

La Russie est dans une logique contre-offensive

En réponse au positionnement de forces US et de l’ Otan à ses frontières, la Russie a évidemment répliqué en annonçant qu’elle allait renforcer son arsenal nucléaire, terrestre et maritime, et déployer des missiles Iskander dans l’enclave de Kaliningrad entre la Pologne et la Lituanie. Il s’agit d’un réflexe de défense et de prévention, de dissuasion.

Les accords de Minsk avec l’Ukraine ont été parfaitement respectés par le Kremlin. Jamais les Russes n’ont aidé les indépendantistes russophones à reprendre les hostilités contre une armée ukrainienne qui obéit à un gouvernement de Kiev vassal de Washington. Mais les Américains ont mal admis que ces accords aient été signés avec l’Allemagne et la France, sans eux. Ils aimeraient bien que les hostilités reprennent et toutes les provocations sont possibles, puisque l’armée ukrainienne est dirigée par le Pentagone.

Avec bon sens, Vladimir Poutine a rappelé que jamais la Russie ne commettrait la folie d’agresser militairement un pays de l’Otan. L’intérêt de la Russie n’est pas de faire la guerre, l’intérêt des USA – depuis plus d’un siècle – est de la faire. Sous des prétextes défensifs et préventifs, mais dans un but d’hégémonie stratégique et économique. Il faut prévoir une reprise des hostilités dans l’est de l’Ukraine, puisque le gouvernement de Kiev n’est pas indépendant .

Le prochain prétexte pour une guerre contre la Russie sera aussi les pays baltes, où vivent des minorités russes. Vous verrez que les tacticiens de la CIA, qui disposent de beaucoup d’argent, vont y créer – comme ils l’ont fait en Ukraine– des incidents. L’enclave de Kaliningrad est ciblée ; il ne serait pas étonnant que des incidents éclatent dans les trois pays baltes … Il s’agit de pousser la Russie à une réaction, par des incidents, pour provoquer une confrontation. Le jeu d’échec se met en place. Les récentes décisions provocatrices d’installer des forces US dans les pays baltes et en Europe de l’Est ont, évidemment, pour objectif d’énerver les Russes et de les pousser à une réaction.

De même, on peut se poser des questions sur les charges anti-russes dans la plupart des grands médias occidentaux. La Russie de Poutine y est présentée par la propagande comme une dictature illégitime et impérialiste. Cette russophobie est aussi stupide que l’anti-américanisme primaire ; la Russie est décrite comme un ennemi factice, alors que le véritable ennemi se trouve ailleurs.

Erreur profonde de la stratégie US

Cette stratégie belliciste américaine est maladroite et suicidaire. De plus en plus d’analystes américains le déplorent, y compris dans les rangs de l’US Army. Elle ne correspond pas à l’intérêt profond des États-Unis eux-mêmes qui, comme le pensent des universitaires américains de renom, vont finir par se faire détester par le monde entier et donc se retrouver isolés. L’impérialisme américain est une mauvaise solution pour l’Amérique. La politique étrangère des USA, visant l’hégémonie unilatérale et non pas la coopération entre partenaires, a toujours abouti à des échecs terribles depuis plusieurs décennies, au désordre et non pas à la sécurité collective. La justice américaine, qui se prétend universelle et multiplie les ingérences (voir l’affaire de la Fifa, comme la politique monétaire de la Fed qui néglige les souverainetés nationales du ROW (Rest of the World, ”reste du monde”), où les ”sanctions” imposées à tout pays qui déplaît, tout cela relève d’un égoïsme aveuglé. C’est l’hubris, l’enivrement de la puissance, alors même que la surpuissance américaine est en plein déclin, que ses interventions militaires ont partout été des défaites et des catastrophes ; et qu’à l’intérieur même du territoire américain, la situation ethnique et raciale s’envenime.

La tentation est donc grande, chez les analystes du Pentagone de jouer le scénario d’une guerre contre la Russie, de l’espérer. Mais considérer la Russie comme un ennemi est beaucoup plus nuisible, à terme, pour les Etats-Unis que pour la Russie. L’Amérique a d’immenses qualités, elle les gâche par son bellicisme, son interventionnisme, son impérialisme irréfléchis, sa diplomatie improvisée et maladroite, son espionnage industriel qui détruit son image de marque. C’est pourquoi les véritables amis des Américains doivent les convaincre que, contrairement à leurs intérêts, provoquer et agresser la Russie is a bad deal. Poker perdant. Les USA, l’Europe et la Russie doivent s’entendre et les gouvernants américains abandonner leur fantasme de leadership qui ne correspond plus à la réalité d’aujourd’hui. La Russie n’est pas anti-américaine, elle est elle-même et ne vise pas la suprématie mondiale mais simplement sa sécurité et sa prospérité. Elle ne menace personne.

(1) Rappelons que la Crimée n’a pas été ”annexée” par violence à la Russie mais rattachée par référendum légal. La Crimée est russe, comme l’Alsace-Lorraine est française.

(2) Cette histoire, relayé par certains médias, de bombardiers russes qui survoleraient l’Europe en violant l’espace aérien n’a jamais été attestée par l’Armée de l’Air, qui n’a jamais repéré ni intercepté aucun avion militaire russe en infraction.

Guillaume Faye