bresso

Italie : Après avoir obtenu l’air conditionné, les clandestins manifestent contre les moustiques

06/07/2015 – MONDE (NOVOpress)
Non contents de débarquer illégalement, les clandestins exigent des conditions de séjour optimales… et les obtiennent.

Il est décidément bien douloureux, le sort réservé en Italie à nos frères migrants venus à la recherche, selon la formule consacrée, d’une vie meilleure. Il ne se passe guère de jours sans qu’ils doivent protester contre le standing déplorable de leurs conditions d’accueil.

Le mois dernier, les « réfugiés » hébergés dans le camp de la Croix-Rouge à Bresso (dans la province de Milan, en Lombardie) s’étaient soulevés pour protester contre les températures trop élevées sous les tentes – eh oui, en Italie aussi il fait chaud – ainsi que contre un changement apporté dans les menus. À cause justement de la chaleur, la Croix-Rouge avait cru bien faire en leur servant du riz froid : « une nouveauté, écrivait très sérieusement La Repubblica qui, semble-t-il, n’a pas été appréciée ». Les responsables du camp n’avaient pu rétablir l’ordre, après avoir appelé les carabiniers à la rescousse, qu’en promettant de fournir immédiatement des ventilateurs. On a travaillé en outre, ces dernières semaines, « à l’installation de l’air conditionné sous chaque tente » – le camp en compte 54, dont chacune abrite entre 6 et 8 clandestins.

Las, d’autres tortures restaient réservées aux « réfugiés » de Bresso. Jeudi après-midi, une centaine d’entre eux ont à nouveau marché sur les bureaux de la direction pour exprimer leur mécontentement. « Cette fois-ci, ils dénoncent la piètre qualité du séjour. Il y a trop de moustiques dans les tentes ». Les malheureux immigrés ont donc exigé qu’on leur distribue tout de suite de la lotion antimoustiques,

en menaçant d’élargir leur protestation si leurs revendications n’étaient pas prises en compte.

Crédit photo : il Giornale, ultime notizie (CC) = Nel campo profughi di Bresso (MIlano)