brics vs usa

La fin du dollar roi ? – suite – Russie et Chine veulent remplacer le FMI !

26/06/2015 – MONDE (NOVOpress)
Cheval de Troie de la politique libérale américaine et du dollar-roi, le FMI se voit maintenant concurrencé par l’ AIIB, son pendant monté par les BRICS et sous influence chinoise.

Le Président Vladimir Poutine a approuvé en mai dernier la création fonds de réserve équivalent à 100 milliards de dollars pour aider spécifiquement les BRICS : Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud. C’est une nouvelle étape des BRICS pour construire une alternative au Fonds Monétaire International pour toute aide financière et au-delà pour se dégager de l’emprise des USA.

Les BRIC représentent 40 % de la population mondiale et environ 20 % de l’activité économique du monde. Le Fonds de réserve aidera les BRICS ayant des problèmes de trésorerie. Il obtiendra la plus grande partie de son financement de démarrage de la Chine, qui contribuera pour 41 milliards de dollars en équivalent Yuan. La Russie, l’Inde et le Brésil apporteront 18 milliards chacun et l’Afrique du Sud donnera 5 milliards.
La Banque Internationale d’investissement pour l’Asie – AIIB – est sur les rails.

Cette démarche non approuvée financièrement par les États-Unis est devenue une question épineuse pour le président Obama. Les nations européennes, comme la Grande-Bretagne et l’Allemagne, ont bravé les demandes américaines de refuser l’adhésion et ont choisi de soutenir la Banque de Chine. Le Financial Times a ainsi attaqué le gouvernement britannique pour son « accommodation constante » avec la Chine, et pourrait être perçu comme un avertissement pour les autres pays tentés par l’aventure, mais à ce jour sans effet. La Corée du Sud a demandé son adhésion, et d’autres grands alliés dans la région, le Japon et l’Australie, semblent intéressés par le projet. Mais l’événement le plus embarrassant fut de voir Taïwan, qui n’a aucune relation officielle avec la Chine continentale, et n’a survécu au 20e siècle que par l’aide américaine de demander à rejoindre ce fonds.

Mais les USA semblent bien avoir raté le départ de cette nouvelle longue marche… Le message de la Chine vers le reste des pays de l’Asie est simple : « venez croître avec nous ». Et dans le même temps les dirigeants chinois veulent donner l’impression que la montée de la Chine est inévitable et que ces pays doivent décider s’ils veulent être l’ami ou ennemi de la plus grande puissance régionale.

Cette attirance concerne aussi le Japon et la Corée du Sud qui sont toujours très pragmatiques. La Chine absorbe tous ces pays sans avoir à recourir à la force, fidèle à la stratégie de leur grand général Sun Tzu pour qui l’art suprême de la guerre est de vaincre l’ennemi sans se battre. Les États-Unis auraient dû établir une zone de libre-échange avec l’Asie du Sud-Est il y a 30 ans, bien avant que l’aimant de l’immense marché chinois n’ait commencé à agir. Tous les pays d’Asie du Sud-Est auraient été liés à l’économie des États-Unis plutôt que de dépendre de la Chine.

Outre cette inquiétude purement commerciale, les USA prennent en compte la menace croissante du yuan comme devise sous-jacente à tous les échanges de cette zone. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le dollar américain a constamment défendu son statut de monnaie de réserve du monde. Une demande moins forte de dollar entraînera inévitablement sa dépréciation. Officiellement les autorités américaines s’inquiètent des normes bancaires qui seront appliquées par ce fond international et de sa politique environnementale. Mais de fait les États-Unis voient là une remise en cause de leur rôle dans le développement de l’Asie et du maintien du dollar comme monnaie pivot.
L’AIIB constitue une menace sur ces deux objectifs.

Ce qui explique pourquoi l’administration Obama fait désespérément pression pour une exclusion de la Chine du traité de Partenariat Trans-Pacifique (TTP) qui vise à supprimer les droits de douane entre les USA et certains pays du Sud-est asiatique.
À l’opposé de cette attitude négative, la directrice du FMI, Christine Lagarde, a déclaré en octobre dernier qu’elle voit le nouveau fonds de réserve des BRICS comme un complément au FMI, et non un rival. « Je ne vois pas, comme certaines personnes l’ont dit, de concurrence avec le FMI, » a déclaré Lagarde lors d’une conférence de presse. « Nous travaillerons en partenariat avec cet arrangement si cela perdure ». Mais cette bienveillance ne doit pas cacher que deux logiques idéologiques opposées s’affrontent là, car le FMI n’accepte d’aider les pays en difficulté que si ceux-ci se soumettent totalement à la logique ultralibérale et mondialiste dictée par cet organisme contrôlé par les USA.
À travers le FMI et la Banque Mondiale, les États-Unis sont en mesure d’exercer leur influence sur le développement asiatique en tant que prêteur. Ils utilisent leur droit de vote majoritaire avec l’alignement des pays occidentaux pour sélectionner des projets spécifiques pour le développement de l’Asie. Mais maintenant au lieu de se tourner vers les USA comme puissance dominante, les pays asiatiques en plein développement verront la Chine comme leadership naturel, une tendance que l’Amérique ne veut pas voir se produire.

Et avec désormais un rapprochement très marqué du côté de la Russie, ce puissant pôle économique pourrait avancer en Europe, mais surtout en Afrique et au Moyen-Orient. L’Iran est déjà clairement intéressé à rejoindre ce fonds d’investissement.
Ce qui laisse le président Obama, et ses successeurs, avec cette difficile question : Que doit faire Washington pour maintenir sa domination ?
Pour l’Amérique, être évincée, non pas dans le monde, mais seulement dans le Pacifique occidental, par un peuple d’Asie si longtemps méprisé et rejeté comme corrompu et inepte est mentalement difficile à accepter. Le sens de la suprématie culturelle des Américains rendra cet ajustement encore plus difficile. Les Américains croient que leurs idées sont universelles – l’individualisme absolu et la liberté d’expression. Mais elles ne le sont pas et ne le furent jamais. En fait, la société américaine a si bien réussi pendant si longtemps, non pas du fait de ses idées et principes, mais grâce à une certaine bonne fortune géopolitique, une abondance de ressources et de main-d’œuvre bon marché, un flux généreux de capitaux et de technologie de l’Europe, et deux vastes océans qui ont maintenu les conflits du monde loin de leurs côtes.

En fait rien ne devrait véritablement bouger dans les prochaines années tant l’asymétrie des visions chinoises et américaines est grande. Les premiers fonctionnent sur la base du consensus et d’une vision à long terme. Alors que les USA paniquent et imaginent que le XXIe siècle sera celui de la confrontation avec la Chine, les autorités chinoises attendent en partageant ce siècle avec les États-Unis, car ils pensent au siècle suivant où ils auront rattrapé, et sans doute dépassé la puissance militaire et technologique américaine.
D’ici les Américains auront sans doute accepté de partager leur position prééminente et encore une fois il y aura une victoire sans combat pour l’empire du Milieu.

Crédit photo : Stuart Williams via Flickr (CC) = ~ Obama Results ~
Dirigeants des BRICS au Brésil en 2014
International Monetary Fund Managing Director Christine Lagarde