epicerie

Le réveil de Juppé ? Il dénonce une épicerie islamique

23/06/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Alain Juppé semble découvrir (enfin) la nature de l’islam. Il dénonce une épicerie tenue par un couple de convertis à l’islam qui impose des horaires séparés pour les hommes et les femmes

« Les frères : le lundi, mardi, mercredi et vendredi. Les sœurs : le samedi, le dimanche », ont-ils écrit sur une petite pancarte affichée à l’entrée de leur épicerie, sise dans le quartier historique de Saint-Michel, à Bordeaux. Avec la ferveur des nouveaux convertis, Soumaya (auparavant, Jessica) et Yahya (qui s’appelait Jean-Baptiste) ont appliqué pour leur épicerie l’apartheid sexuel au delà même de ce qu’exigeraient les préceptes islamiques, selon un imam interrogé par France 3.

Dans la religion, la mixité est interdite pour éviter la tentation

se justifient les épiciers. Les reportages de la presse locale –écrite et télévisuelle– font réagir jusqu’aux associations musulmanes, chagrinées de voir l’image de cette belle religion de paix et de tolérance abîmée par le comportement de quelques zélotes. Le maire de la capitale girondine, pourtant connu pour les positions islamophiles, s’en est ému, au nom des principes républicains d’égalité et de mixité. Bienvenue dans le monde réel, Monsieur le Maire !

Je m’appelais Jessica, je suis née et j’ai grandi à Bordeaux, dans une famille où on ne pratiquait aucune religion. J’étais esthéticienne, la religion ne m’intéressait pas. Puis, à une période, il s’est produit des deuils autour de moi, j’étais perdue, beaucoup de doutes. Alors j’ai pensé à la religion comme secours, j’ai lu la Bible, la Torah et le Coran. Et là, dans le Coran, j’ai trouvé mes réponses, la paix, la justesse. Je n’avais jamais fréquenté de musulmans.

Face à la polémique et aux risques de sanctions pénales – trois ans de prison et 45 000 euros d’amende –, les commerçants ont décidé hier d’abandonner la pratique de jours séparés pour les clientèles féminine et masculine, du moins de manière visible. Car si la presse, qui parle d’un couple de « néo-musulmans » (sic), et M. Juppé paraissent offusqués par cette atteinte à la mixité, c’est pourtant ce que réclament déjà un certain nombre de musulmans avec les horaires aménagés dans les piscines publiques ou les cours de sport.
L’islam et le Vivre ensemble, ce n’est pas pour maintenant.

Crédit photo : capture d’écran du reportage de France 3 Aquitaine du 22/06/15 sur l’épicerie bordelaise qui a fait polémique