Strasbourg_manifestation_Charlie_Hebdo_11_janvier_2015

Exclusif — Interview de Serge Federbusch 3/3 : Charlie et l’esprit munichois face à l’islam

18/06/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Dernier volet de notre entretien avec Serge Federbusch. Cette fois-ci, c’est l’auteur de La Marche des lemmings, ouvrage consacré à la manipulation politico-médiatique des attentats de janvier, qui évoque avec nous cette question révélatrice de la complaisance vis-à-vis de l’islam.

Petit détour par la politique politicienne. NKM, que vous appelez Nathalie Fiasco Morizet, se présente malgré sa campagne calamiteuse en leader de l’opposition municipale. Son arrogance, sa méconnaissance flagrante des dossiers et la désaffection de ses partisans la rendent pourtant bien peu crédible.

NOVOpress : De l’extérieur l’opposition municipale semble inaudible : qu’en est-il réellement et pourquoi une telle absence de mobilisation politique sur des projets controversés comme le financement d’associations communautaristes ou la carte citoyenne ouvrant tous droits aux immigrants sur Paris ?

Serge Federbusch : La droite ne croit plus à ses chances de reconquérir Paris. Elle l’a donc laissé à cette incompétente et mégalo notoire. Mais le jour où elle dévissera au niveau national, les quelques ambitieux qui souffrent dans son sillage la dévoreront toute crue !

Cette soi-disant opposition a justement été totalement transparente lors de la mise en scène des hommages « je suis Charlie » organisés par la Mairie de Paris dès le surlendemain des attentats. Pourtant comme vous le décrivez très bien dans votre dernier livre « la marche des Lemmings » la récupération était évidente. Il fallait éviter tout doute et toute réflexion sur l’attitude du pouvoir avant et pendant ces massacres et surtout toute désignation de coupable.

NOVOpress :: Est-ce comme pour le PS une volonté de chercher les voix du vote musulman au prix d’une lâcheté politique totale ?

Serge Federbusch : Le clientélisme est évident comme cause explicative de l’indulgence coupable dont l’islam régressif jouit en France.

On a l’impression d’une certaine connivence entre la droite et la gauche sur le sujet : Soutien total au communautarisme musulman (fête du ramadan à la mairie de paris, aides aux associations communautaristes, constructions de lieux de culte), gratuité et aides innombrables aux populations immigrées (transport, soins, carte de citoyen de paris ouvrant tous les droits), cités de dealers (quartier Riquet/Stalingrad, 18 371 hab. 21,5 % de chômeurs, 33,6 % d’immigrés)*, déni de toute violence immigrée (plainte contre Fox News sur les zones de non-droit à Paris).

NOVOpress : Paris n’est-il pas en train de devenir une extension de la Seine Saint-Denis ?

Serge Federbusch : La dualisation de Paris, entre Ouest surtaxé et Est clientélisé s’accroît et le PS dorlote naturellement les électeurs d’origine immigrée.

Serge-Federbusch-la-marche-des-lemmings

Serge Federbusch
La marche des lemmings, Ixelles éditions

Et après ce que vous appelez « le carnaval des importants » du 11 janvier pour la liberté d’expression et le vivre ensemble, la tête du cortège Anne Hidalgo s’enfonçait encore plus dans le cynisme et le déshonneur quelque jours plus tard en déclarant lors d’une interview à Direct Matin qu’il fallait « éviter tous les amalgames et garantir la sécurité totale des musulmans à Paris », en désignant les tueurs de Charlie comme d’anonymes « terroristes sans foi ni loi », puis portaient plainte pour diffamation contre le journal FoxNews qui dénonçait des zones de non-droit à Paris et enfin contre le dessinateur Ri7, à cause d’un dessin publié dans Riposte Laïque où on la voyait léchant des babouches d’un imam.

NOVOpress : La théâtralisation du 11 janvier ne serait-elle pas plutôt le « carnaval des tartuffes » ?

Serge Federbusch : C’était surtout le moment d’un double dérivatif : occulter la faillite des services de police et de renseignement et occulter la complaisance vis-à-vis de l’islam en cours de repli communautaire.

En fait le fameux « esprit du 11 Janvier » ne fait-il pas plutôt penser à un « esprit de Vichy », où comme vous l’expliquez dans votre livre à défaut de nommer les bourreaux la foule des manifestants — victimes potentielles – s’est identifiée aux victimes symboliques : « véritable sublimation victimaire, c’est tout le groupe qui prendra la place des victimes sacrifiées de Charlie afin de ne pas parler des coupables. »
Et comme pour Vichy, notre République s’est suicidée face à l’invasion extra Européenne, on se rassure en exaltant un esprit de sacrifice, une culpabilité collective, on trouve le soulagement dans le déni de masse, Hollande fait don de son corps à la France en marchant fièrement face à un ennemi invisible.
Les pacifistes du « vivre ensemble » deviennent les collaborateurs du « pas d’amalgame » et le « Travail Famille Patrie » d’antan se déclame en « Diversité/antiracisme/repentance », les modernes milices antiracistes traquent au nom de ce nouvel ordre moral les déviants comme Zemmour, Onfray ou vous-même.

NOVOpress : N’avez-vous pas l’impression d’être dans l’avant-garde de la résistance face à la capitulation des politiques dans la guerre de civilisation qui est en cours, la dernière phrase de votre livre prédisant que « tôt ou tard les lemmings vont devoir apprendre à lutter ? »

Serge Federbusch :: C’est une sorte de nouvel esprit munichois qu’on voit se développer. À chaque moment de l’Histoire, le fascisme, la collaboration et la résistance changent de visage. C’est toute la difficulté pour l’Homme libre de savoir reconnaître ses nouveaux ennemis qui souvent prennent l’apparence d’anciens amis.