Migrants-deloges-le-Defenseur-des-droits-ouvre-une-enquete

Claude Bartolone accueille personnellement les clandestins à Paris

16/06/2015 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

L’actualité parisienne de ces derniers jours est émaillée d’incidents de clandestins. Les médias préfèrent utiliser le terme vague de « migrants », mais ne nous y trompons pas, il s’agit bien de délinquants entrés illégalement sur le sol français. Il y a d’abord eu l’évacuation du bidonville du métro La Chapelle le 2 juin, pour des raisons sanitaires. La pression de ces clandestins est telle que pendant même l’évacuation une centaine d’autres clandestins attendait la place de pied ferme. Mais les 350 personnes évacuées n’ont pas à s’en faire. L’État est généreux. La majorité d’entre eux est alors accueillie dans un centre d’hébergement d’urgence tandis que 74 sont relogés dans des hôtels, en particulier les mineurs.

Cette évacuation a pourtant donné lieu à d’autres rebondissements
À l’initiative des associations de soutien, la halle Pajol dans le XVIIIe arrondissement de la capitale a été squattée quelques heures par plusieurs dizaines de clandestins. Ils ont finalement été évacués par la police. Le défenseur des droits a déjà été saisi pour qu’il se prononce sur les conditions de cette évacuation. C’est à cette occasion qu’Olivier Besancenot s’est fait bousculer par la police, alors qu’il tentait de s’interposer contre l’évacuation.

Quelle est la réaction des autorités face à cette situation ?
Le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, accompagné du maire de Paris est allé jusqu’à saluer personnellement les clandestins dans un centre d’accueil. Il estime que la mise en place d’accueil décent ne crée pas d’appel d’air. Il plaide donc pour un accueil d’urgence pour tous les migrants ainsi que pour une répartition sur tout le territoire, manière de lisser le problème et de le rendre plus supportable pour la population française. Gageons qu’il verrait les choses d’une tout autre manière s’il habitait Calais ou le XVIII arrondissement.

Le maire de Paris s’est également exprimé
Anne Hidalgo estime de son côté que les clandestins ne peuvent pas dormir dehors

Face à l’afflux de migrants auquel nous sommes confrontés, il faut ouvrir un centre qui permette de s’occuper des migrants qui ne savent pas où ils vont demander asile. Accompagnés par les associations, il faut un lieu où ils puissent se poser et réfléchir

a demandé la maire de Paris. Elle avait l’air moins gênée lorsqu’il ne s’agissait que de SDF français.

Une autre solution est pourtant possible
Bien sûr. L’Australie nous en a donné un exemple flagrant, il y a un an en interdisant drastiquement l’immigration clandestine. Plus récemment et plus près de nous, l’Autriche a gelé en fin de semaine dernière l’examen des demandes d’asiles. Elle souhaite ainsi inciter les autres pays européens à faire de même. Espérons qu’elle fasse des émules.

Crédit photo : FRANCOIS GUILLOT / AFP = évacuation d’un groupe de migrants à Paris