manuelvoyage1

Immigration illégale, mode d’emploi

Source : lepeuple.be
Distribution de brochures expliquant comment traverser la mer Égée et débarquer en Europe illégalement sans encombre : aucune réaction des autorités françaises

C’est incroyable ! Ces derniers jours, devant le parlement européen à Strasbourg, de charmants noirs souriants distribuaient fièrement des brochures très bien faites (voir photos) donnant la méthode à suivre et toutes les informations pour traverser la mer Égée et débarquer en Europe illégalement sans encombre. Ces brochures sont distribuées en Turquie et dans les pays arabes aux candidats migrants illégaux.
Croyez-vous que la police française a inquiété un seul instant ces personnes incitant à violer les lois ? Pas du tout ! On suppose que la garde des Sceaux, Madame Taubira, trouvera l’initiative excellente et que ce sera très vite assimilé à de la résistance civile qui mérite des applaudissements…

En Europe, les lois sont faites pour être violées, sachez-le ! Et la paralysie européenne est telle que vous ne serez jamais puni.
Depuis le début de l’année 2015, le nombre de migrants illégaux accueillis en Europe dépasse allègrement les 100.000 personnes. Ce sont, bien sûr, ceux qui n’ont pu passer à travers les mailles du filet et dont les embarcations ont été arraisonnées. Mais leur nombre est bien plus grand si on y ajoute tous ceux qui débarquent dans des aéroports ou passent d’autres frontières que les barrières naturelles que sont la mer Méditerranée ou la mer Égée. Neuf immigrants sur 10 ne sont pas du tout des réfugiés qui pourraient peut-être bénéficier du droit d’asile, mais simplement des migrants économiques qui veulent tenter leur chance en Europe. Contrairement à ce que raconte la presse officielle, ils sont en bonne santé, ne sont pas affamés et constituent souvent un investissement pour leurs familles, qui comptent bien les rejoindre plus tard dans le cadre des regroupements familiaux.
Que contiennent ces brochures ?
On y décrit tout ce qu’il faut faire pour entrer clandestinement en Europe par la mer : on conseille d’acheter des gilets de sauvetage, de vérifier l’état du bateau.
On signale que la mer Égée est bien couverte pour les téléphones mobiles. On rappelle de charger les téléphones et d’avoir assez de crédit (50 livres turques) pour un appel international. Il y a une carte précise de la frontière entre les îles. Et surtout, on donne les numéros de téléphone des gardes-côtes grecs. Ils sont présentés comme les « rescue teams ».
Dès que le bateau est en mer, on conseille aux voyageurs de lancer un appel de détresse, de donner la localisation GPS si possible, de donner le nombre de personnes à bord et de décrire ceux qui sont malades. Le numéro grec est le +30 210 41 12 500. Si les migrants ont une radio VHF, on leur conseille d’émettre un signal de détresse (Mayday) et on leur donne le site donnant les instructions pour ce faire : www.wikihow.com/Call-Mayday-from-a-marine-vessel.
On leur conseille d’avoir des fusées de détresse, des miroirs, des torches et des boîtes à fumée pour attirer l’attention.
On leur explique qu’il faut dire immédiatement au capitaine du navire qui vient à votre secours que « vous demandez l’asile » et qu’il doit impérativement vous emmener dans un port où vous pourrez remplir une demande d’asile.
On leur explique comment faire lorsqu’ils ont atteint une île grecque pour ne pas être rejetés à la mer, ou comment appeler une ambulance (le 166). Les numéros de tél. du UNHCR, du Conseil grec pour les réfugiés, du Refuge œcuménique et les sites utiles sont également présentés, tels www.w.2eu.info pour l’aide en matière de procédure d’asile.
On va même jusqu’à donner les numéros de téléphone à Izmir et Istanbul des organisations qui peuvent fournir une aide juridique si les migrants sont en détention !
Et enfin, ces organisations ont créé un « numéro d’alarme », le +334 86517161, qui permet aux migrants illégaux – s’ils ne sont pas « sauvés » assez vite par les gardes-côtes et les marines qui s’activent en Méditerranée – de le faire savoir (après avoir alerté les gardes-côtes) à WatchtheMed, qui informera les médias et exercera toute pression utile…
Qui rédige ces brochures ?
Ces brochures expliquant comment contourner la législation et abuser des lois internationales et du laxisme des autorités européennes sont présentées par welcome2europe (www.w2eu.info) et Watch the med (www.watchthemed.net).
Pour la Belgique, le site de Welcome to Europe (en anglais, arabe, farsi et français) renvoie à deux ONG gauchistes très probablement subventionnées par l’état au travers de leur statut d’ONG : le Comité Belge d’Aide aux Réfugiés, rue Defacqz à Bruxelles 
(
www.cbar-bchv.be
) et gettingthevoiceout, un collectif contre les expulsions, pour aider les personnes emprisonnées dans les centres fermés et qui attendent d’être renvoyées d’où elles viennent (www.gettingthevoiceout.org).
« Rapportez toute violation de vos droits », voilà le message à tous les migrants illégaux, à qui ces organisations donnent la recette pour entrer en Europe sans se faire refouler. Le message est clair : envoyez-nous votre témoignage si les autorités tentent de vous refouler ; « nous rassemblerons vos témoignages et ferons condamner ceux qui sont responsables (si vous n’êtes pas bien traités, NDLR), pour que ces situations ne se répètent pas. Votre identité ne sera pas révélée ».
Qu’attendent les autorités belges et européennes pour interdire cette aide illégale aux migrants illégaux et faire condamner les organisations qui les publient ? Une fois de plus, l’Union européenne s’avère totalement incapable de gérer cette crise et d’arrêter le flux de l’immigration illégale. L’Australie l’a fait et c’est une démocratie respectable.
Le Parti Populaire interpellera le gouvernement belge sur la légalité des brochures en question et sur les sanctions que le gouvernement compte prendre à l’égard de ces associations signataires.


AP-visitercards-francais

Safetyatsea-AegeanSea-English