chretiens_irakiens

Chrétiens d’Orient : que font nos politiques ?

10/06/2015 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

La défense des chrétiens d’Orient constitue l’un des thèmes du discours politique en matière de relations extérieures. Hommes politiques de droite, voire de gauche, prennent comme donnée permanente la précarité des chrétiens d’Orient et leur éventuelle disparition. On ne compte plus les réunions, les prises de position, mais aussi les différents organismes et les instances officielles créés à cet effet. Récemment, l’affaire du retrait par la RATP des affiches du métro annonçant un concert au profit des chrétiens d’Orient avait suscité un mouvement d’indignation allant de Manuel Valls à Gérard Larcher.

Justement, que peut-on dire ?
Après le « groupe d’études chrétiens d’Orient » à l’Assemblée nationale, le Sénat, lui, s’est doté d’un « groupe de liaison sur les chrétiens d’Orient », présidé par Bruno Retailleau. On peut dire qu’au niveau officiel les chrétiens d’Orient sont pris en compte. C’était encore impensable il y a quelques années.

Y a-t-il des difficultés dans cette prise de conscience ?
Il y a d’abord cette dispersion dans la défense des chrétiens d’Orient. Loin de constituer une démarche unitaire, les initiatives sont cacophoniques. François Fillon organise un rassemblement de soutien, à Paris, le 23 juin. Mais le même mois, Civitas organise une manifestation. Chacun veut avoir son morceau de la couronne d’épines. Si on pouvait se déclarer « Je suis Charlie », au mois de janvier dernier, l’idée d’une manifestation unitaire pour les chrétiens d’Orient peine à accoucher.

Et pendant ce temps-là en Syrie ?
Le gouvernement recule. Les armes distribuées aux insurgés leur ont permis de prendre une base militaire dans le Djebel Druze. À Idlib, dans le nord, ville prise récemment par les insurgés, des chrétiens se sont fait voler leur maison au profit de djihadistes insurgés.

Mais y a-t-il aussi des ambiguïtés ?
On s’aperçoit que la défense des chrétiens d’Orient est une critique implicite de l’Islam, dont la mise en cause explicite est encore difficile. Dans un système où le discours est surveillé, la défense des chrétiens d’Orient est une forme subtile de mise en cause d’une

Affiche de la conférence "Quel avenir pour les chrétiens d'Orient ?"

Affiche de la conférence « Quel avenir pour les chrétiens d’Orient ? »

religion persécutrice. Pour les hommes politiques, ce peut être aussi une manière s’acheter une bonne conscience et de courir derrière un filon inépuisable après avoir tant minoré les aspects persécuteurs de l’Islam.

A ce propos, la rédaction de NOVOpress donne un coup de projecteur à la conférence « Quel avenir pour les chrétiens d’Orient » donnée par l’association L’Avenir est Humain 56, demain jeudi à 20h30 au Cercle St Louis. Mgr Gollnisch, directeur général de l’Œuvre d’Orient, donnera le témoignage exceptionnel de sa présence auprès des chrétiens du Moyen Orient, et de l’action de l’Œuvre d’Orient. Trois associations morbihannaises d’accueil de réfugiés d’Irak participent aussi à cette soirée : Nazaréens au Coeur, SOS Nazaréens, l’Epi et l’Olivier, qui déjà assurent l’accueil et le soutien de familles chrétiennes irakiennes dans notre département.