emir_qatar

Le Qatar, grand argentier du terrorisme islamique

09/06/2015 – MONDE (NOVOpress)
Florian Philippot n’a pas de souci à se faire dans son éventuel procès contre le Qatar. C’est une agence officielle américaine qui livre dans un Nième rapport les preuves du financement de mouvements terroristes par le Qatar.

Péché par action, péché par omission, c’est en substance ce que révèle le rapport du « Congressional Research Service » à propos du financement de mouvements terroristes par le Qatar.
Cette agence, dépendante du Congrès des Etats-Unis pointe ainsi du doigt le

manque de vigilance du Qatar vis-à-vis du financement des activités terroristes.

si l’Emirat dispose d’un cadre juridique approprié pour identifier et empecher les mouvements financiers vers des entité terroristes,

l’application effective de la lutte contre le blanchiment d’argent en faveur du terrorisme fait défaut

Mieux, certains personnalités sont pointées du doigt dans des opérations de financement du terrorisme et notamment d’Al-Qaïda. Le rapport cite nommément Salim Hassan Khalifa Rashid al Kuwari et Abdallah Ghanem Mafuz Muslim al-Khawar comme généreux donateurs de la cause du djihad. Rashid al Kuwari est apparenté à l’ancien ambassadeur du Qatar en France, maintenant en poste à Washington.

Des preuves à la pelle
Le document vient appuyer une pléthore d’autres rapports, dont celui publié en septembre 2014, par le Trésor américain. On y découvrait le nom de grands argentiers des mouvements fondamentalistes, dont l’État islamique ou le Front Al-Nosra.
En décembre 2013, Abderrahman Bin Umayr Al Nuaymi, un qatarien, militant des droits de l’homme et président d’Al KaramaFoundation , basée en Suisse, est désigné comme un Global Terrorist, agissant pour le compte d’Al-Qaïda. D’autres bailleurs de fonds, comme Salim Hassan Khalifa Rashid al Kuwari et Abdallah GhanemMafuzMuslim al-Khawar, des personnages vivant au Qatar ont été signalés par les agents américains.
Les pays occidentaux financent eux-même indirectement des groupes terroristes par l’intermédiaire du Qatar. En effet, ce pays joue souvent le role d’intermédiaire pour la libération d’otages en payant les rançons aux organisations terroristes. Mais chut ! La France ne négocie pas avec les terroristes. Ce n’est que par méchanceté que New York Times nous pointe du doigt comme le pays qui verse le plus de rançons pour libérer ses otages.

Une stratégie, trois objectifs
A noter que dans un pays comme le Qatar, il ne s’agit pas forcément que d’une politique d’État monolithique, chaque clan ayant ses protégés, une caractéristique commune à tous les Émirats du Golfe. Mais tous concourent au même triple objectif du Qatar :

• Contrer l’influence du grand rival souadien dans la région, en sponsorisant des groupes concurrents de ceux soutenus par Ryad. Ainsi, le Qatar a choisi de soutenir l’EI contrairement à l’Arabie Saoudite qui continue de financer le Front Al-Nosra.
De même, le Qatar soutient-il les Frères musulmans, qui n’ont pas bonne presse à Ryad.

• Lutter contre le croissant chiite, un objectif stratégique partagé par toutes les pétro-monarchies. Le financement du terrorisme et la déstabilisation de la région vont dans le sens de la lutte contre l’influence de l’Iran, de la Syrie des Alaouites – le régime de Bachar El Assad-, des zones chiites d’Irak et du Hezbollah au Liban.

• Et naturellement, répandre sa vision de l’Islam dans le monde. Cela passe par le financement de mosquées et d’Imams un peu partout, mais aussi par le soutien au Frères Musulmans en Egypte et en Tunisie lors des « Printemps Arabes ».

Le Qatar, bailleur de fonds de la France
Tout cela n’est finalement pas très grave pour nos gouvernants. Si Sarkozy a pu être raillé pour ses affinités avec les émirs qataris, son successeur a joyeusement chaussé ses babouches, grâce à quoi le Qatar achète

hollande au qatar 2013

François Hollande en visite au Qatar en 2013

des Rafale et plein d’autres coûteux jouets et investit massivement dans notre pays. Le fonds souverain qatarien était notamment propriétaire en 2013 de 12,8 % de Lagardère, de 7,5 % d’EADS, de 5,6 % de Vinci, un peu moins de 5 % de Veolia, de 3 % de Total, un peu moins de 2 % de Vivendi et de.
En novembre 2013, le Qatar a indiqué vouloir investir 10 milliards d’euros « pour prendre des parts dans des grands groupes français, monter des projets ensemble ou faire des partenariats dans des pays tiers ». En outre, un fonds franco-qatari à destination des PME françaises, dont le montant total atteindra 300 millions d’Euros a été lançé à cette période.

Nous vous épargnerons enfin la pléthore d’investissements immobiliers qataris sur le territoire, pour souligner à quel point l’Émirat a fait un travail formidable avec le PSG et la lutte contre l’homophobie. D’ailleurs, le Qatar soutient les lumières et la démocratie dès qu’il le peut, ainsi, l’ancien ambassadeur (le cousin du type qui finance le terrorisme) avait récompensé d’un prix de dix mille euros des hommes aussi remarquables que Jean Daniel ou Emmanuel Todd, Régis Debray, Jean Plantu et une brassée de politiciens français de tous bords…

Est-ce pour toutes ces bonnes raisons que nos services de sécurité affirment n’avoir jamais trouvé de preuve de financement des terroristes par le Qatar, ce qui permet à notre diplomatie de continuer à frayer avec les sympathiques Qataris en toute bonne conscience ?
Seules de mauvaises langues se permettraient de tels amalgames stigmatisants !

Crédit photo : thierry ehrmann via Flickr (CC) = Hamad ben Khalifa Al Thani, émir du Qatar de 1995 à 2013