SALVINI-facebook-1456x648

Régionales en Italie : la Lega Nord ouvre une autre voie

Source : Boulevard Voltaire – Régionales en Italie : la Lega Nord ouvre une autre voie

Matteo Salvini et la Lega Nord bousculent totalement la politique italienne.

Dimanche dernier, les bonnes nouvelles électorales ne nous sont pas parvenues que du Vaucluse (où Joris Hébrard, maire FN du Pontet, a été réélu dès le premier tour avec près de 60 % des voix) mais aussi d’Italie. Les élections régionales partielles ont, en effet, permis de confirmer l’émergence de la Lega Nord (Ligue du Nord) comme une force politique d’ampleur nationale et ont ainsi conforté la stratégie mise en place par le secrétaire fédéral Matteo Salvini depuis son accession à la direction du mouvement en 2013.

Si le Partito Democratico (Parti démocratique, centre gauche) a emporté cinq des sept régions dans lesquelles les électeurs italiens étaient appelés aux urnes, l’ensemble des médias se sont accordés pour dire que le grand gagnant du scrutin était en réalité « l’autre Matteo ». C’est ainsi qu’ils ont pris l’habitude de désigner Matteo Salvini, pour l’opposer à Matteo Renzi, actuel chef du gouvernement et leader du Partito Democratico.

En Vénétie tout d’abord, les listes de la coalition (en Italie, plusieurs listes se présentent tout en soutenant le même candidat au poste exécutif, ce qui induit des rapports de force internes) du président sortant Luca Zaia, membre de la Lega Nord, ont rassemblé 50,4 % des suffrages. La liste citoyenne qu’il dirigeait et la liste officielle de la Lega totalisant à elles seules 40 % ! La candidate du centre gauche a, pour sa part, rassemblé 22,7 % des voix. Si la victoire en Vénétie est sans appel, d’autres résultats sont peut-être encore plus significatifs. En Ligurie, la victoire du candidat de Forza Italia (centre droit) n’a été possible que grâce à son alliance locale avec la Lega Nord, la liste de la Lega dépassant même sa propre liste. En Ombrie, en Toscane, dans les Marches, les listes de la Lega Nord réalisent des scores oscillant entre 13 et 16 %, et si elle ne bat pas le centre gauche, elle est en revanche en permanence en tête de son opposition « de droite ». Même à l’extrémité sud de l’Italie, dans les Pouilles, la liste « Noi con Salvini » parvient à rassembler 38.000 électeurs.

La nouvelle Lega de Salvini a réussi à la fois son expansion géographique et son extension politique. Non seulement la Lega Nord n’est plus uniquement le parti du nord de l’Italie, mais Matteo Salvini est en train de transformer le parti régionaliste et fédéraliste en parti patriote et souverainiste. Celui qui est militant léghiste depuis son adolescence a pris en compte les nouveaux paradigmes politiques pour amorcer cette évolution, comprenant notamment que la défense de l’enracinement et des identités populaires devait forcément aujourd’hui passer aussi par une dimension sociale et par une lutte sans concession face à l’Union européenne. Courageusement, Matteo Salvini a adapté son mouvement aux défis actuels, remettant en cause les vieux dogmes ou les anciennes alliances, n’hésitant pas à ouvrir le parti, à nouer de nouveaux partenariats.

Matteo Salvini et la Lega Nord bousculent totalement la politique italienne, et il est aujourd’hui celui qui incarne clairement l’opposition au centre gauche mais aussi à ceux qui, au sein du centre droit, ont capitulé face à l’immigration, à Bruxelles et aux banques. Il ouvre une autre voie en redéfinissant le bipartisme italien. Au niveau européen, aussi, Matteo Salvini a su faire des choix : il est aujourd’hui l’un des alliés les plus solides du Front national au Parlement européen, ouvrant là encore une autre voie à nos côtés.

Nicolas Bay