Roms à Perpignan

Criminalité des Roms : impunie et en pleine explosion – Par Guillaume Faye

26/05/2015 – FRANCE (NOVOpress avec Guillaume Faye)

De même que les aides sociales et l’inexpulsabilité des clandestins et demandeurs d’asile déboutés jouent comme une pompe aspirante pour le déferlement migratoire, de même l’impunité judiciaire aggravée par les dispositions délirantes de Mme Taubira fonctionne aussi comme une pompe aspirante pour les actes de délinquance. À cet égard, la criminalité des Roms (Gitans, ou Romanichels en provenance d’Europe de l’Est) explose en France, son terrain de chasse préféré. Elle s’ajoute à celle d’autres populations…

Paris, laboratoire de la délinquance

Paris, première destination touristique mondiale, est mise en coupe réglée par les bandes de pickpockets roms et par la mendicité agressive. Les touristes détroussés se comptent par milliers. Il ne s’agit plus d’ailleurs du vol à la tire, classique, discret, mais de voies de fait violentes avec menaces et coups. De grands sites, comme le Louvre, Montmartre, la Tour Eiffel, etc. sont devenus des pièges à touristes. À tel point que, pour la première fois de son histoire, la Tour Eiffel, le monument le plus visité au monde, est resté fermé le vendredi 22 mai (comme le Louvre, pour les mêmes raisons en 2013). Le manque à gagner est très conséquent, avec 25.000 visiteurs par jour. Le personnel et les gardiens ont décidé d’exercer leur ”droit de retrait ”, estimant la situation catastrophique et intenable : les bandes de détrousseurs ne déguerpissent plus lorsqu’elles se font prendre mais agressent et menacent de mort les gardiens qui s’interposent. De plus, les bandes se battent entre elles pour se disputer les étages du monument.

La police, débordée et insuffisante, en raison de la mobilisation du plan Vigipirate et des nouvelles astreintes administratives, n’intervient que rarement et ponctuellement. Pourtant, 75% des moyens du commissariat du VIIe sont affectés à la Tour Eiffel et à ses abords immédiats qui représentent 22% de la délinquance de l’arrondissement.

En 5 ans à Paris, les vols à la tire ont plus que doublé. Les cas enregistrés (donc déclarés et inférieurs au chiffre réel) sont passés de 15.538 en 2010 à 34.277 en 2014. Les interpellés, suspects ou pris sur le fait, sont dans la plupart des cas relâchés. Ils savent qu’ils ne risquent rien. Comme l’explique Philippe Goujon, député maire UMP du XVe arrondissement : « de temps à autre, la police mène une action ciblée, mais les interpellés sont systématiquement relâchés. Même les multirécidivistes passent à travers les mailles du filet. Or la philosophie de Christiane Taubira, avec la fin des peines planchers, ne fera qu’aggraver le problème ». La situation est la même sur les autres sites touristiques parisiens et dans le métro. Depuis quelques années – depuis l’arrivée des socialistes au pouvoir – les joueurs de bonneteau, les vendeurs à la sauvette, pourtant strictement interdits, agissent au grand jour sous le nez des policiers qui ne disent plus rien et regardent ailleurs. Ce sont les ordres. Ces petits délinquants qui pullulent de plus en plus sont tous des immigrés clandestins et des Roms qui ne craignent plus aucune verbalisation, aucune sanction ni évidemment aucune expulsion.

Fait nouveau : les femmes s’y mettent. Tous les matins, des groupes de jeunes filles roms se rassemblent sur les points névralgiques de Paris, en véritables commandos. Elles ont été déposées, venant des campements de banlieue. Elles se répandent ensuite dans les zones touristiques, en surface ou dans le métro, pour commettre des vols. Selon l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), les jeunes filles roms, venant de Roumanie ou de l’ex-Yougoslavie, sont responsables du doublement en quatre ans de la part des femmes mineures mises en cause pour vols en France. Les bandes qui les emploient et les exploitent, depuis Bucarest ou Sofia, savent que ces mineures sont totalement impunissables. Pourquoi se gêner ? Outre le vol à la tire, elles pratiquent le vol à l’étalage, les vols avec effraction, les vols sur véhicules. Tout cela est bien rôdé.

Un État débordé, impuissant, indifférent

Des dizaines de campements insalubres sont installés autour de Paris et des grandes agglomérations. Les rares qui sont démantelés (au grand dam des ”associations” qui les aident) sont aussitôt reconstitués. L’administration a reçu des ordres du pouvoir pour ne plus diffuser aucun chiffre. Officiellement, il y aurait 17.000 Roms en France, mais selon le député Éric Ciotti, ils sont beaucoup plus nombreux. Comme pour les autres catégories d’immigrés illégaux, le gouvernement s’interdit toute entrave à leur entrée en France.

Mais la mise en coupe réglée des espaces publics des grandes villes n’est pas le seul champ de prédation des bandes organisées de Roms. L’explosion des cambriolages et les raids dans les campagnes doivent aussi être mentionnés. Les vols de métaux sur les sites SNCF et surtout les attaques nocturnes de fermes pour tuer et prélever le bétail et voler le matériel agricole nous replongent dans une situation de type médiéval : l’insécurité des campagnes.

Dans de nombreux sites ruraux, à proximité des petites villes, des norias de caravanes investissent de force des propriétés privées et se branchent illégalement sur les réseaux électriques. Immédiatement, dans les environs, la criminalité explose, notamment les cambriolages et les vols en tout genre. Tout le monde le sait, les autorités se taisent ; les expulsions sont très difficiles, les délits ne sont pas poursuivis par la justice. Les intéressés savent qu’ils sont victimisés, excusés, protégés par l’idéologie dominante qui ligote les autorités.

Lors de perquisitions dans les campements roms et à divers domiciles de délinquants, la police n’a trouvé aucune liquidité. C’est que chaque jour, des ”mules” franchissent les frontières poreuses pour remettre l’argent aux têtes de réseau en Roumanie ou dans les Balkans.

Personne n’ose avouer clairement qu’il s’agit de Roms. Au nom de l’ ‘”antiracisme”, ils sont devenus intouchables. On parle de ”bandes venues des pays de l’Est”, selon le vocabulaire prudent du ministère de l’Intérieur. Reconnaître que ces communautés roms vivent essentiellement de la criminalité serait conforme à la vérité mais contrevient abominablement au catéchisme des bien-pensants que révèrent les médias, les gouvernants et les juges. Désigner la réalité est un scandale et un péché contre les Droits de l’homme.

La justice, débordée, n’a, de toutes façons, plus les moyens de poursuivre jusqu’au bout les ”petits délits”, ceux qui pourrissent la vie quotidienne des Français. Et puis, de plus en plus, le Code pénal en France et dans l’Union européenne tend à protéger les délinquants au détriment des victimes. Ainsi, non seulement les lois sont laxistes, mais elles ne sont même plus respectées ni appliquées ! On se dirige doucement vers l’État de non-droit, c’est-à-dire vers l’anarchie et, à terme, vers des milices d’autodéfense (1).

Les Roms ne sont pas seuls en cause. Car on note l’expansion de réseaux criminels semblables issus de bien d’autres populations immigrées et impliquant pratiquement toutes les formes de criminalité : drogue, prostitution, vols de véhicules, pillages d’entrepôts et de transports routiers, etc. Sans parler de l’insécurité généralisée en pleine croissance, et de la question explosive du djihad islamique qui s’invite chez nous. Le mélange du laxisme judiciaire – affaiblissement constant de la réponse pénale – et l’impuissance totale (et voulue) contre les flux migratoires est un cocktail détonnant. Inutile de faire un dessin pour comprendre la suite du film.

(1) Des groupes populaires d’autodéfense autochtones ne bénéficieraient d’aucune mansuétude de la part de la justice, puisque celui qui se défend est coupable. Comme on le voit avec les squatters protégés par la police, les propriétaires poursuivis pour essayer de récupérer leur domicile ou les victimes de cambriolages ou d’agressions à domicile condamnés pour avoir osé riposter à leurs agresseurs.

Guillaume Faye