Vincent Lambert est vivant !

Vincent Lambert : la CEDH opte pour l’euthanasie

06/06/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
La CEDH décide de l’arrêt des soins de Vincent Lambert. Une condamnation à mort pour cet homme, victime d’un grave accident de la route et en état de handicap profond. Mais comme le montre la vidéo tournée par son comité de soutien, il n’est en rien dans un état « végétatif »
.

Bien vivant, mais dépendant de l’assistance médicale pour son alimentation et son hydratation, selon ses parents, l’une de ses sœurs et un demi-frère, en état végétatif et incurable pour son épouse, Rachel, un frère, trois demi-frères, une sœur, une demi-sœur et un neveu… la famille de Vincent Lambert s’est déchirée sur son sort, les premiers plaidants pour le droit à la vie, arguant qu’il n’est nullement agonisant, les

Les juges de la CEDH

Les juges de la CEDH

seconds pour celui de mourir dignement et affirmant que cela aurait été le souhait de la victime. Ils ajoutent que c’est leur « catholicisme intégriste » qui motive les parents et non le souci de Vincent. L’équipe de soins palliatifs est dans le camp de l’euthanasie et c’est pour interrompre le « processus de fin de vie » qu’elle avait entamé que les parents de Vincent Lambert sont allés jusqu’à la Cour européenne des droits de l’homme.

Celle-ci a donc tranché en faveur de la mort de Vincent Lambert, ouvrant la voie à une jurisprudence qui n’est malheureusement guère étonnante quand ont connaît l’orientation de cette juridiction, toujours prompte à accorder de nouveaux droits pourvu que ceux-ci aillent à l’encontre des structures sociales et morales traditionnelles. Pour le juriste Nicolas Hervieu, spécialiste de la CEDH, cet arrêt va donc devenir

« la jurisprudence de référence en matière de fin de vie

pour les quarante-sept États membres du Conseil de l’Europe. « Dès qu’un État souhaitera modifier sa législation sur ce sujet, il devra examiner les principes solennellement posés dans cet arrêt », relève-t-il.

La CEDH en train de siéger

La CEDH en train de siéger

Le comité de soutien à Vincent Lambert condamne la décision de la CEDH, estimant qu’elle

n’a pas su regarder Vincent comme il est, c’est-à-dire certes handicapé, mais bien vivant et nullement en phase d’agonie.

Les parents de Vincent Lambert ont annoncé qu’ils poursuivraient les recours pour ne pas laisser leur fils mourir de faim et de soif, comme le prévoit le « processus de fin de vie ».



Arrêt des soins de Lambert : « Il n’y a pas de… par lemondefr