clandestins_bateau

Immigration : L’UE toujours plus complice de l’afflux de clandestins en Europe

29/05/2015 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)
La Commission européenne vient de demander aux États de prendre en charge sous deux ans 40 000 candidats à l’asile, arrivés en Grèce et Italie, après le 15 avril. Ces derniers viennent essentiellement de Syrie et d’Érythrée.

Bruxelles demande à la France d’en accueillir 6 750 !
Selon les quotas… pardon les « clés de répartition de Bruxelles ». Il s’agit, selon le commissaire européen à l’immigration Dimitris Avramopoulos « D’assurer un minimum de solidarité » au sein de l’Union européenne, face à l’afflux de migrants en Méditerranée.
La Commission européenne a aussi appelé les États à accueillir dans le même délai 20 000 personnes bénéficiant du statut de réfugiés et installés actuellement hors d’Europe. Cela représenterait 2 375 candidats à l’asile pour la France !

Ni les États ni les populations n’y sont très favorables…
Ces mesures doivent être approuvées par les États, plutôt réticents. Faute de base juridique, cela se ferait sur une base volontaire.
Quant aux populations, ce n’est pas l’enthousiasme. En France, selon un sondage OpinionWay datant de février, 69 % des Français pensent « qu’il y a trop d’immigrés », ou encore « qu’on en fait plus pour les immigrés que pour eux ».
Conséquence : par exemple, en banlieue de Rome, dans la nuit du 21 au 22 mai, des Italiens excédés ont détruit plusieurs logements destinés à des migrants. Forcés de cohabiter avec eux, ils craignent pour la sécurité de leurs familles.

Les Européens commencent donc à se révolter, contre cette politique irresponsable de soutien à l’afflux migratoire massif
C’est notamment le cas du Mouvement pour la remigration qui a organisé mardi une manifestation de protestation contre la tolérance de l’Union européenne envers les clandestins en Europe, notamment leurs manifestations illégales devant le Parlement européen.
D’autres manifestations contre les rassemblements de clandestins sont prévues, afin de contraindre les pouvoirs publics à faire cesser ce scandale.

Frontex favorise les traversées

Navires de la Task Force 150 engagés dans l'opération

Navires de la Task Force 150

De plus, l’agence de « surveillance des côtes » européennes Frontex a annoncé que ses navires et avions croisent dorénavant à environ 150 kilomètres des côtes libyennes, se rapprochant toujours plus des eaux territoriales de ce pays. Ils n’y entreront que « pour sauver des migrants en danger de mort ».
Critiquée pour être restée trop près des côtes de l’Italie, Frontex profite de ses nouveaux crédits pour venir au plus près des flux de clandestins. L’idée est d’en sauver plus des périls de la traversée, la majorité des sauvetages se produisant à environ 75 kilomètres des côtes de la Libye. Environ 75 000 migrants qui tentaient de rejoindre l’Italie ou la Grèce depuis la Libye ont été retrouvés cette année. Plus de 1800 autres pourraient s’être noyés.

Il est à craindre que l’effet produit soit à l’inverse de l’effet recherché, les clandestins étant de plus en plus incités à tenter leur chance, comptant sur les navires de Frontex pour les recueillir au plus près des côtes et leur assurer la traversée jusqu’en Europe.
Tant que Frontex ne renverra pas les naufragés à leur point de départ, elle se fera complice de l’accroissement des flux migratoires en Méditerranée.

Crédit photo : UNHCR photo unit avec l’aimable autorisation des garde-côtes Grecs, via Flickr (CC)
Marvin Harris via Wikimedia (cc)