chute palmyre

Syrie : le site de Palmyre à la merci des djihadistes

23/05/2015 – SYRIE (NOVOpress avec le Bulletin de Réinformation)
L’Etat islamique progresse sur le front syrien

Jusqu’alors l’armée syrienne avait réussi à repousser Daech de la ville antique de Palmyre. jeudi, les djihadistes en ont pris possession. Cette ancienne oasis est célèbre pour son site archéologique, classé au patrimoine mondial de l’Unesco

Le saccage de ce site exceptionnel est donc à craindre
On se souvient de l’EI détruisant des statues antiques du musée de Mossoul en février dernier. Aux explosifs ou à la massue, les djihadistes s’attaquent aux sites historiques. Ils sont en cela fidèles au prophète Mohammed. Un peu d’histoire… En 622, Mahomet, fuyant La Mecque, s’empare de Médine, contraint à l’exil deux des trois tribus juives de la ville et fait égorger les 900 hommes de la troisième, réduisant les femmes en esclavage. En 628, c’est en conquérant qu’à la tête d’une armée de 2000 hommes, Mahomet revient à la Mecque, s’empare de la Ka’ba et procède à la destruction des idoles, des bas reliefs et des fresques, faisant ainsi méticuleusement disparaître tout le passé antéislamique de la ville. Mahomet, le « beau modèle », est donc en cela parfaitement imité par ses actuels zélateurs.

Le site plurimillénaire de Palmyre est un mélange d’influences perses et gréco romaines
La directrice générale de l’UNESCO l’a qualifié de « plus important foyer culturel du monde antique ». C’est donc la longue mémoire de l’humanité que de pieux musulmans s’apprêtent à passer au bulldozer.

Palmyre est aussi un enjeu stratégique
Palmyre est en effet située au centre de la Syrie. Daech contrôle à présent 50 % du territoire syrien, et la quasi totalité des camps pétroliers et gaziers du pays. Palmyre pourrait par ailleurs servir à créer la jonction avec l’Irak où l’EI progresse également. La ville de Ramadi dans l’ouest irakien est en effet tombée cette semaine entre les mains des djihadistes, provoquant au passage le massacre de plus de 500 personnes.

Quelles sont les réactions ?
Quelques voix s’élèvent, appelant à défendre la « perle du désert syrien », et selon le mot de Jack Lang, à « massacrer les massacreurs ». Une indignation qui semble pour l’instant parfaitement stérile. Hier, l’EI s’est emparé du dernier point de passage Syrie Irak qui était encore aux mains de l’armée régulière syrienne. Alors que Bachar est le seul sur le terrain à pouvoir faire face aux islamistes, les chancelleries temporisent, attendant sans doute la catastrophe finale.

Crédit photo : capture d’écran d’images amateur montrant les troupes de lEI entrant dans Palmyre, diffusées par lemonde.fr



Les images de l'Etat islamique dans Palmyre, en… par lemondefr