robert-chardon

Robert Chardon : à l’hôpital pour ses déclaration : en URSS ? non, en France

19/05/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Hospitalisé d’office pour avoir dit qu’il fallait interdire le culte musulman

Robert Chardon, maire de la commune d’environ 8.000 habitants proche d’Aix-en-Provence, a été hospitalisé d’office dans la journée de vendredi, a appris l’AFP de source proche du dossier. Cette demande d’hospitalisation a été formulée par « un tiers compte tenu de l’incohérence de ses propos », a-t-on précisé de même source. Le sous-préfet, de région a tenté de désamorcer la crise en affirmant que l’hospitalisation de Robert Chardon était due à son cancer.

Dans le contexte de lynchage de l’édile, cette manœuvre ne trompe personne : Christian Estrosi, Sarkozy et Kosciusko-Morizet ont réclamé l’éviction de Robert Chardon
« Les propos du maire de Venelles sont intolérables et incohérents, il a été immédiatement suspendu » avait annoncé Christian Estrosi, président de la commission nationale d’investiture de l’UMP et chef de file du parti pour les élections régionales en PACA.

Bref, cela rappelle « les heures les plus sombres… ». Non pas celles du nazisme, mais du communisme version brejnévienne, qui aimait aussi à interner dans des hôpitaux psychiatriques ses opposants. Heureusement pour Robert Chardon, la charia ne s’applique pas chez nous, pour son blasphème il aurait été condamné à mort, au mieux emprisonné et fouetté pour son outrecuidance.

Crédit photo : Robert Chardon, le 24 juillet 2012