palmyre_7792488-12076404

L’État islamique repoussé de la cité antique de Palmyre, mais progresse en Irak

18/05/2015 – SYRIE (NOVOpress)
L’attaque de l’État islamique contre la ville de Palmyre, en Syrie, a été « avortée », a indiqué le gouverneur de la province de Homs. dans le même temps, l’organisation terroriste s’est emparée d’une partie de la ville de Ramadi, où elle a massacré 503 civils et militaires.

Les islamistes ont été repoussés dimanche par l’armée de Bachar al-Assad, mais la menace demeure. Les djihadistes sont présents presque tout autour de la cité, classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Depuis mercredi, la bataille de Palmyre a fait au moins 315 morts selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme. Palmyre revêt une grande importance stratégique pour les islamistes puisqu’elle ouvre le désert syrien, limitrophe de la province irakienne d’Al-Anbar.

Sur son front Est, en revanche, l’EI a progressé en Irak avec la prise de la ville de Ramadi, à 120 km à l’ouest de Bagdad. Aussitôt la ville tombée, les islamistes ont massacré plus de 500 personnes, militaires et civils confondus. « La moitié des victimes étaient des femmes et des enfants », selon un responsable de la ville. La bataille pour la prise de cette ville avait déjà fait plusieurs centaines de victimes parmi la population civile. Il s’agit d’une prise importante pour l’EI, Ramadi abritant le centre de commandement des opérations de la province d’Al-Anbar, vaste province désertique qui s’étend des frontières syriennes, jordaniennes et saoudiennes jusqu’aux portes de la capitale irakienne. Le pouvoir irakien espère résister à la poussée de l’EI grâce à des frappes aériennes et le déploiement d’« Unités de mobilisation populaire », des milices chiites motivées à contrer l’avances des fondamentalistes sunnites de l’EI.

Enfin, rappelons qu’un commando américain a tué Abou Sayyaf, responsable du pétrole pour l’organisation terroriste. Cette première intervention au sol des troupes US devrait désorganiser provisoirement le financement de l’EI, qui dépend pour une part importante de la vente de pétrole et de gaz au marché noir.