Repentance : Ayrault voudrait bien « réparer » les conséquences de l’esclavage, mais les caisses sont vides

Festival de la repentance en France

12/05/2015 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)
Oui, ce mois de mai aura en définitive été rythmé par les commémorations en tout genre. Entre les hommages d’un goût douteux à l’Armée rouge et la commémoration de l’abolition de l’esclavage, la semaine dernière aura été riche en autoflagellation française et européenne. Comme si la repentance n’avait pas encore atteint son paroxysme, de nouveaux textes, de nouveaux centres et de nouvelles commémorations sont venus s’ajouter à la ribambelle d’occasions pour les jeunes Français de se sentir coupables de leur passé.

On a parlé notamment de l’abolition de l’esclavage

Depuis une semaine, on n’entend parler que des cérémonies de commémoration de l’abolition de l’esclavage. François Hollande était en croisière dans les Antilles pour inaugurer, entre autres, le mémorial de l’esclavage de Pointe à Pitre tandis que Christiane Taubira rappelait à nouveau ses origines tout en menaçant une partie de la population française d’éventuelles représailles. Pendant ce temps, le 7 mai dernier, le Conseil représentatif des associations noires assignait en justice à la fois l’État français et le baron Seillière pour crime contre l’humanité. Par cette procédure, le CRAN cherche une fois de plus à soutirer des réparations.

Ces commémorations ont également eu lieu à Nantes

Et comment oublier Nantes ! Autrefois l’un des plus grands ports négriers de France, la cité des Ducs est incontestablement devenue la capitale française de la repentance pour l’esclavage. Cette année avait donc lieu comme tous les ans une cérémonie de commémoration pour le 10 mai, cérémonie à laquelle assistait cette année une invitée de marque. Angela Davis, féministe et militante américaine du Black Power, a participé aux cérémonies au cours desquelles elle a déclaré que, je cite : « La violence policière raciste trouve ses racines dans l’esclavage ».

Mais ce n’est pas tout ce que le festival de la repentance avait à nous offrir

Le clou du spectacle nous vient du Conseil de Paris qui a adopté à l’unanimité un vœu du Front de Gauche, le mois dernier. Après délibérations, tous les conseillers parisiens ont donc choisi de voter pour demander la reconnaissance officielle des événements algériens du 8 mai 1945 désignés sous le nom de « Massacre de Sétif ». Ce vœu promet d’être le début d’une série de reconnaissances des dits « massacres coloniaux ». La repentance a de beaux jours devant elle.