L'Arabie saoudite convoite la présidence du Conseil des droits de l'homme

L’Arabie saoudite convoite la présidence du Conseil des droits de l’homme

Source : Tribune de Genève – « L’Arabie saoudite convoite la présidence du Conseil des droits de l’homme »
On aurait pu penser à une mauvaise blague, une rumeur typique de la ville aux 1000 organisations internationales. Et pourtant, c’est officiel : Faisal bin Hassan Trad, le représentant permanent de l’Arabie saoudite auprès de l’ONU, est bel et bien en train de faire campagne au sein du groupe « Asie » pour être son candidat lors du renouvellement qui doit intervenir en fin d’année.

Si l’actuel président du conseil, l’Allemand Joachim Ruecker donne toute satisfaction, la règle des rotations a engendré des situations plus tendues. Ainsi, le précédent président de cette commission, le Gabonais Baudelaire Nganella, n’a pas laissé un très bon souvenir. C’est maintenant au tour du groupe « Asie » de présider cette commission, groupe qui comprend treize pays : Arabie saoudite, Bangladesh, Chine, Émirats arabes unis, Inde, Indonésie, Japon, Kazakhstan, Maldives, Pakistan, République de Corée, Qatar et Vietnam. Le poids de l’Arabie Saoudite au sein de ce groupe rend sa candidature crédible, mais l’ensemble des pays occidentaux essaie de convaincre les asiatiques d’opter pour un candidat moins sulfureux.
Naturellement, le respect… extrêmement relatif de ce pays vis-à-vis de droits de l’homme enverrait un signal extrêmement négatif quant à la crédibilité de cette instance.

« L’Arabie saoudite est en train de faire le forcing auprès de ces autres pays pour être désignée. Si jamais elle y parvient, ce sera une catastrophe pour le Conseil des droits de l’homme. Cela risque de nous renvoyer aux pires heures de l’ancienne commission qui avait sombré dans le discrédit », confie un diplomate occidental sous couvert d’anonymat.

Crédit photo : Ikhlasul Amal via Flickr (cc)