Sainte Marie de la Misericorde, Venise

« Art contemporain » : une église du Xe siècle transformée en mosquée à Venise

09/05/2015 – MONDE (NOVOpress)
Une église vénitienne transformée en mosquée ? il paraît que c’est de l’art et que c’est provisoire. Les musulmans de Venise espèrent bien que « l’installation » sera définitive.

Il paraît que c’est de l’art. Dans le cadre de la Biennale de Venise, « l’artiste islando-suisse Christoph Büchel » a eu l’idée de transformer en mosquée l’église historique de Sainte Marie de la Miséricorde (fondée au Xe siècle, transformée au XIIIe puis au XVIIe siècle), qui est fermée au culte depuis 1969. Un grand tapis a été placé en direction de la Mecque les murs ont été recouverts de panneaux portant des versets du Coran, et un mihrab a été installé pour cacher le crucifix de l’autel. Les visiteurs doivent se déchausser et des foulards sont distribués aux femmes à l’entrée pour qu’elles se voilent. L’ensemble a été baptisé « The Mosque » (avec majuscules et en anglais). « La cible de l’artiste est l’islamophobie qui se répand ».

L’idée a séduit les responsables islandais Björg Stefansdottir et Nina Magnusdottir, qui ont décidé de faire de « The Mosque » le pavillon national islandais à la Biennale, en « impliquant aussi les communautés musulmanes de Reykjavik et de Venise » – il y en a décidément partout en Europe. La « transformation » durera tout le temps de la Biennale, c’est-à-dire jusqu’au 22 novembre.
Le ministre islandais de l’Instruction publique, Illugi Gunnarsson, dit espérer que « The Mosque » « apporte une contribution positive au niveau international. Dans notre pays, le dialogue est ouvert ». Des « initiatives d’échange interculturel » auront lieu avec la participation des communautés musulmanes. Pour le président de la communauté musulmane de Venise, Mohamed Amin Al Ahdab, « ce projet est un geste qui aura plus d’impact que cent conférences sur le dialogue entre les cultures ».

Comme l’explique Il Gazzettino, le grand quotidien régional, il s’agit officiellement d’une « installation artistique », qui ne demandait que des autorisations administratives minimales, mais elle fonctionnera comme une mosquée temporaire. L’imam de Venise, Hamad Mahamed, a déjà annoncé la prière du vendredi pour la semaine prochaine. Aussi suscite-t-elle l’inquiétude de la police, soucieuse d’éviter à la fois « de possibles infiltrations d’extrémistes » et les réactions d’opposants aux mosquées.

Dans toute l’histoire de Venise, malgré le rôle de la cité dans les échanges commerciaux, voire culturels, avec le monde islamique, il n’y a jamais eu de mosquée. « Ce que n’avaient pu faire les siècles », commente pompeusement le journaliste d’Il Gazzettino, « l’art y est parvenu ». Aussi Il Giornale n’hésite-t-il pas à titrer :

L’Islam débarque à Venise : voici la première mosquée.

L’imam Hamad Mahamed et les 20 000 musulmans de la ville sont bien déterminés à rendre l’expérience permanente, même une fois la Biennale achevée. Ils réclament depuis plusieurs années « une vraie mosquée dans le centre historique ». Durant la Biennale de Venise », escompte Bach Abdallah, de la communauté musulmane de Mestre, « il y a les ministres de beaucoup de pays qui pourraient être intéressés par notre cas et décider de financer le projet ». Santa Maria della Misericordia transformée définitivement en mosquée avec l’argent du Qatar, voilà leur espoir.

Crédit photo Didier Descouens via Wikimedia Commons (CC) : « Abbazia della Misericordia Venezia »