Polémique Todd / Valls, la guerre des gauches continue

09/05/2015 – FRANCE (NOVOpress)
« Vraiment bête », « pétainiste », « désœuvré », Emmanuel Todd ne mâche pas ses mots à l’endroit de Manuel Valls et de ses appels creux aux « valeurs de la République ». Cela le rend plutôt sympathique à priori, mais ne valide pas pour autant ses thèses.


Todd: « Soit Manuel Valls n’a pas lu mon livre… par BFMTV

Après s’être fait traiter de « crétin » par Michel Onfray, le voilà accusé d’être « vraiment bête » par Emmanuel Todd. Décidément, Manuel Valls a du mal à mettre au pas les intellectuels qui ne pensent pas droit. En démocratie, il est moins facile qu’on ne le pense d’être un kapo ! Au-delà du côté distrayant de ces passes d’armes, elles sont révélatrices à plusieurs niveaux :

• Emmanuel Todd a tort quand il affirme que Manuels Valls aurait mieux à faire que de lire des livres. Face à l’échec patent du gouvernement sur tous les plans, il ne lui reste plus que le fameux « esprit du 11 janvier » auquel se raccrocher pour éviter de sombrer.

• Il a en revanche raison quand il voit dans le « 11 janvier » un « flash totalitaire ». Nous ne parlons bien sûr pas des foules de braves gens descendues dans la rue par sympathie, refus de la violence, du terrorisme ou de l’islamisation de la France.
C’est du côté des élites, de notre gouvernement (Valls, Taubira, NKM…) qu’il existe un côté profondément sectaire, pour qui la « laïcité » et la « République » ne sont pas que des mantras communicationnels, mais bien les fondements d’une idéologie qu’ils essaient d’imposer envers et contre l’identité Française. Nous sommes face à des gens qui veulent vraiment créer un « homme nouveau » et ne reculent devant aucune manipulation pour y parvenir. L’ouvrage de Serge Federbusch est éclairant à cet égard.
Preuve en est la virulence des attaques de Manuel Valls à l’encontre des « déviants » : réflexe totalitaire typique, tout opposant et notamment les « intellectuels », doivent être mis au pilori (à défaut de goulag). Les coups sont d’autant plus violents que les « fautifs » (Onfray, Todd) sont supposés être dans le « même camp ».

• De son côté, Emmanuel Todd ne nous épargne presque aucun des poncifs éculés de la gauche : victimisation des immigrés et des musulmans, Français moyens urbains, « catholique zombie » un peu vichyste nostalgique et en tout cas un islamophobe, lâchement ravi que l’on puisse caricaturer Mahomet, le prophète des minorités opprimées de France.

Gouverner par le chaos

Gouverner par le chaos
Anonyme
Max Milo Éditions

• Il a toutefois raison de souligner que « l’union nationale » autour du 11 janvier excluait de fait l’ensemble des classes populaires, les Françaises de souche qui forment les gros bataillons d’électeurs du Front National et les immigrés ou Français musulmans.

• Il n’a pas tort non plus de souligner que dans notre société en crise économique, sociale et identitaire (c’est nous qui rajoutons) on « lance les minorités les unes contre les autres » : Français de souche contre minorités musulmanes, jeunes « des banlieues » contre les juifs, chômeurs contre fonctionnaires… Même si ce n’est pas forcément ce qu’a voulu souligner Todd, on ne peut s’empêcher de penser à l’ingénierie sociale bien décrite dans l’essai « gouverner par le chaos ».



Todd: « L’optimisme de Valls, c’est l’optimisme… par BFMTV


 

 

 

 

Publié le