migrants_secourus

L’immigration précipite la France vers le chaos

02/05/2014 – France (NOVOpress avec le Bloc Identitaire)
L’immigration massive, encouragée par les gouvernements successifs, porte les germes de la déliquescence de notre société et de la guerre civile. La multiplication des actions de terroristes islamiques le démontre.

L’attentat déjoué fortuitement de Sid Ahmed Ghlam dans deux églises en région parisienne n’est que le dernier en date d’une longue série. Il y a eu l’attaque contre Charlie Hebdo, bien sûr, mais aussi les attaques au couteau ou à la voiture-bélier en décembre dernier à Dijon et Nantes. Mohamed Merah (Toulouse et Montauban) et Mehdi Nemmouche, (musée juif de Bruxelles) sont encore dans toutes les mémoires. Un peu plus loin de nous, Tunis et Copenhague ont été récemment ensanglantées. L’Afrique, le Moyen-Orient et l’Asie Centrale font l’objet de véritables génocides à l’encontre de leurs populations chrétiennes…
Rappelons aussi que l’État Islamique a menacé l’Europe de la submerger de 500 000 migrants, parmi lesquels se dissimuleront de nombreux terroristes, si elle intervenait militairement en Libye. Une menace qui a au moins le mérite de souligner que l’immigration est une arme, laquelle est déjà en train de précipiter l’Europe, et la France au premier plan, vers le chaos.

Sid Ahmed Ghlam : faussaire, fiché pour terrorisme, laissé en liberté !

La particularité du cas Sid Ahmed Ghlam est de démontrer, s’il en était besoin l’absurdité de la politique des gouvernements successifs vis-à-vis de l’immigration. Cet étudiant algérien arrivé en France en 2010 dans le cadre du regroupement familial et qui souhaitait mener le djihad en France était boursier, bénéficiaire d’une chambre dans un foyer étudiant du XIIIe arrondissement de Paris. Une bourse et un logement auxquels il ne pouvait normalement pas prétendre, car l’administration avait découvert en décembre 2014 que Sid Ahmed Ghlam avait falsifié des documents pour entrer à l’université !

Pire, il était fiché pour terrorisme, entendu deux fois par les services de renseignement à cause de son désir de partir rejoindre l’État islamique. Selon Le Canard enchaîné, il aurait fréquenté la filière des « Buttes-Chaumont », à l’instar des deux auteurs de l’attaque contre Charlie Hebdo et aurait séjourné en 2013 et 2014 dans le quartier de la Croix-Rouge, à Reims, soit à quelques pas du domicile des frères Kouachi.
Pourtant, aucune mesure n’a été prise à son encontre.

Symptomatique d’une société en déliquescence est la présence aux côtés du terroriste algérien, de sa compagne, Jennifer, une Française de souche de 25 ans convertie à l’islam, « très radicalisée » selon les enquêteurs et portant la burqa. Le grand remplacement est aussi à l’œuvre dans les esprits de certains Français, avec pour conséquence la plus visible le risque djihadiste.

Des chiffres alarmants

Les chiffres communiqués par le gouvernement (et sûrement minorés) sont éloquents :

  • La France a déjoué cinq attentats depuis janvier.
  • 1573 Français, ou résidents en France, sont recensés pour leur implication dans ces filières terroristes.
  • 79 personnes ont été placées en garde à vue par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) depuis janvier. Soit une moyenne d’environ une personne en garde à vue toutes les trente heures.
  • On ne compte plus les caches d’armes de guerre découvertes dans les banlieues et l’usage quasi quotidien d’armes automatiques par les bandes ethniques. Le 2 mai encore, un adolescent de 14 ans a été abattu à Trappes au pistolet-mitrailleur, victime d’une guerre de gangs.
  • Tout cela, alors que dans le même temps entre 5 000 et 10 000 clandestins arrivent chaque semaine sur les côtes européennes.

Alors que des groupes islamistes veulent transformer la France en terre d’islam par une violence de plus en plus exacerbée, qui glisse doucement du terrorisme vers la guerre civile, il est urgent de rompre avec l’utopie multiculturaliste et l’immigration de masse qui nourrissent ces phénomènes.

C’est ce que préconise le Bloc Identitaire, qui explique que

Seuls l’arrêt de l’immigration et une politique de remigration concertée pourront empêcher un basculement fatal.

Une mesure prônée pour « préserver la concorde sociale, la paix civile et l’existence même des nations d’Europe et de notre civilisation ».