Entretien avec Grégoire Gambier, de l’Institut Iliade : « Il y a urgence à décoloniser notre imaginaire »

21/04/2015 – PARIS (NOVOpress) – L’Institut Iliade organise le 25 avril prochain un colloque, « l’univers esthétique des Européens ». Novopress est allé interroger son porte-parole, Grégoire Gambier.

Rien ne nous oblige à accepter « la loi du pognon », et pire encore la « soumission » à une culture étrangère à nos valeurs.


NOVOpress : L’Institut ILIADE organise son colloque annuel le 25 avril prochain à la Maison de la Chimie, avec pour thème « l’univers esthétique des Européens ». Pourquoi un tel choix ?

Grégoire Gambier : Parce que la réaffirmation de notre univers esthétique, et donc éthique, nous apparaît impérieuse. L’art européen est fondamentalement un art de la représentation, celle de l’homme et du divin. Il est à la fois le terreau et le vecteur d’une vue du monde où la beauté et le sacré sont indissociables. Et où notamment la figure de la femme, de Diane chasseresse à la Vierge Marie, de la Dame de Brassempouy à la Vénus de Botticelli, occupe une place essentielle. Or cette spécificité plurimillénaire est aujourd’hui attaquée, voire niée par deux formes de totalitarisme.

Celui de l’islam radicalisé, bien sûr, dont la fureur iconoclaste et fortement misogyne apparaît au grand jour partout où il peut se déployer sans limites : en Afghanistan hier, en Irak et en Syrie aujourd’hui – en Europe demain ? Mais aussi le totalitarisme du marché, la prétention de « l’avoir » à supplanter « l’être », qui nous impose une forme de dictature de la laideur, dont les provocations dérisoires de « l’art contemporain » ne constituent qu’un des aspects. Dans les médias comme dans nos villes, les zones commerciales et jusque dans nos champs et sur nos rivages avec la prolifération des éoliennes, c’est bien notre univers esthétique, mental, qui est agressé par le règne de la vulgarité, de la consommation et de l’utilitarisme « technicien ». Or rien ne nous oblige à accepter « la loi du pognon », et pire encore la « soumission » à une culture étrangère à nos valeurs !

NOVOpress : Mais dès lors, que proposez-vous ?

Grégoire Gambier : Commencer par le commencement ! En retrouvant dans les plis de notre plus longue mémoire, dans les sources premières et toujours pérennes de notre identité, de notre histoire, les ressources nécessaires au réveil de la conscience européenne, aujourd’hui « en dormition ». C’est tout l’objet de l’Institut Iliade, qui s’inscrit dans le sillage de Dominique Venner afin d’œuvrer à la transmission de l’héritage et des valeurs de la civilisation européenne. Une transmission qui passe par l’information et la communication en direction du plus grand nombre, mais aussi par la formation de nouvelles générations d‘acteurs du débat intellectuel, de militants, d’animateurs capables de donner à l’action civique ou politique la dimension culturelle et métapolitique indispensable. À rebours du « droit » des individus à s’affranchir de toute réalité civilisationnelle et anthropologique, jusque dans les liens du mariage, et même du « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes », nous entendons rappeler le devoir de chaque peuple et de chacun de ses membres à rester lui-même. Car nous sommes avant tout des héritiers, comptables du sacrifice de nos aïeux, responsables des enfants à venir.

Lorsque l’islamologue René Marchand affirme que « les grandes civilisations ne sont pas des régions sur une planète, mais des planètes différentes », nous entendons que ne sommes pas de nulle part : nous sommes ici chez nous. Encore faut-il l’affirmer, sereinement mais fermement, en démontrant toute la richesse et la singularité de notre culture, la légitimité de notre inscription dans l’histoire, sur un territoire déterminé. C’est cette certitude qu’il convient de forger, cette légitimité qu’il faut rendre incontestable. Il n’y aura pas de réponse au défi du « grand remplacement » sans un « grand ressourcement » préalable, un refus du « grand effacement » de notre mémoire et de notre identité. C’est ce à quoi nous travaillons. C’est ce qu’illustrera notamment notre colloque, car il y a urgence à décoloniser en premier lieu notre imaginaire, à promouvoir une vue du monde en rupture avec le moment mortifère que nous connaissons aujourd’hui.

NOVOpress : Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur le contenu du colloque du 25 avril ?

Grégoire Gambier : Organisé comme l’année dernière dans la prestigieuse enceinte de la Maison de la Chimie, à Paris, il proposera une approche « polyphonique » de l’univers esthétique des Européens. Polyphonique quant à sa présentation, avec des interventions de fond mais également des évocations plus oniriques et imagées de quelques hauts-lieux « où souffle l’esprit européen », comme autant d’invitations au voyage, ainsi qu’une décoration originale de la salle et, bien sûr, des stands variés. Seront notamment proposés à la vente, uniquement à l’occasion de ce colloque, un retirage exceptionnel du premier numéro de La Nouvelle Revue d’Histoire consacré à « 40 siècles d’identité française », ainsi que l’affiche officielle et celles réalisées par des artistes à qui nous avons donné « carte blanche » pour illustrer leur vision de la civilisation européenne. La plupart d’entre eux seront d’ailleurs présents afin d’échanger avec les participants et dédicacer leurs œuvres.

Cette manifestation se veut également polyphonique sur le fond, puisque seront évoqués tout à la fois l’art figuratif et la musique, la poésie, les textes religieux, le rapport à la nature ou au sacré… Sans prétendre faire le tour du sujet, il s’agira d’en aborder quelques points saillants, mais toujours opératifs pour aujourd’hui. Ainsi, lorsqu’Alain de Benoist traitera de l’art européen comme d’un « art de la représentation », il s’agira de souligner notre altérité par rapport à des cultures et des religions qui refusent le principe même de la représentation de l’homme et du sacré. La présence de Slobodan Despot et de Christopher Gérard, les évocations de la forêt de Brocéliande par Marie Monvoisin, du château de la Wartbourg par Philip Stein, ou encore de la tour de Belém, à Lisbonne, par Duarte Branquinho, attesteront de la réalité de l’Europe comme communauté de destin – une réalité charnelle qui ne saurait être sacrifiée au prétexte d’une dénonciation par ailleurs nécessaire de la « construction européenne ».
Quant à Javier Portela, il appellera à une « dissidence par la beauté » qui passe également par le sens retrouvé de la fête, dans notre capacité à « réenchanter le monde » jusque dans les actes les plus quotidiens. Comme le souligne Adriano Scianca, qui évoquera pour sa part le Mont Palatin : « Dans un monde à la laideur inouïe, celui qui sait donner des expériences de beauté est révolutionnaire ! » Soyons donc révolutionnaires !

Propos recueillis par Yves Lejeune

Renseignements et inscriptions : institut-iliade.com/2015-lunivers-esthetique-des-europeens

Voir aussi

Radio Courtoisie : Libre Journal des idées politiques du 17 avril 2015 : “Plongée au cœur des réseaux de pouvoir ; De la défense culturelle à la défense physique” (extrait)

Publié le