La liberté d’expression à l’ère de la communication numérique : faut-il domestiquer Internet ?

Les députés approuvent la mise en place d’un système de surveillance du trafic sur Internet

16/04/2015 – EUROPE (NOVOpress)
Pas plus de 30 députés présents dans l’hémicycle pour se prononcer, dans la nuit de mercredi 15 à jeudi 16 avril, sur la mise en place de « boîtes noires », un dispositif controversé visant à surveiller le trafic sur Internet.

L’objectif est d’obliger les fournisseurs d’accès à Internet (FAI) à « détecter, par un traitement automatique, une succession suspecte de données de connexion ». Concrètement, l’installation de « boîtes noires » permettrait surtout de surveiller les métadonnées : destinataire d’un message, adresse IP d’un site visité, etc.

Pour Jean-Yves Le Drian :

Les traitements automatisés repèrent des comportements suspects, non pas des personnes pré-identifiées. C’est dans un deuxième temps que les services pourront avoir accès à l’identité des personnes.

Hier soir, la Paris Light Brigade et La Quadrature du Net ont éclairé l’Assemblée Nationale française d’un message discret : nous ne voulons pas de la surveillance de masse !

La France semble donc vouloir acter la mise en place d’une surveillance massive des internautes… et des opposants politiques ?