Zizanie chez les écolos (Présent 8327)

Zizanie chez les écolos (Présent 8327)

01/04/2015 – FRANCE (NOVOpress)
« Porte ouverte », « main tendue »
… Alors que Manuel Valls multiplie les gestes en direction des écologistes pour qu’ils reviennent au sein du gouvernement, ceux-ci se déchirent autour de la stratégie à adopter, au point de menacer aujourd’hui l’existence même d’Europe Ecologie-Les Verts.

Zizanie chez les écolos (Présent 8327)Proposition de « pacte »

Lundi, c’est Cambadélis qui conviait au siège du PS une délégation d’EELV menée par la secrétaire nationale Emmanuelle Cosse, pour discuter d’un éventuel retour des écolos au gouvernement. Le lendemain, devant l’Assemblée nationale, alors que la coprésidente du groupe écologiste Barbara Pompili lui demandait de préciser « la place de l’écologie dans la feuille de route gouvernementale », le Premier ministre tendait cette fois explicitement la main aux Verts en répondant : « La place des écologistes, elle est dans la majorité, et j’ai déjà eu l’occasion de le dire, elle est pleinement au gouvernement. » Interrogé plus tard par RMC et BFMTV, Valls a même précisé qu’un remaniement pourrait intervenir « s’il y a un pacte entre les socialistes et les écologistes », « s’ils considèrent que c’est possible de gouverner sur la ligne économique qui est la nôtre, sur les réformes en matière de transition énergétique que nous sommes en train de mener et sur la lutte contre les inégalités ».

Disparition d’EELV ?

Une proposition de « pacte » qui divise aujourd’hui violemment les écolos. Car, si Cécile Duflot déplorait vivement mercredi dans Le Monde qu’on « demande aux partenaires » de gauche de « s’aligner », le député du Rhône François-Michel Lambert expliquait de son côté qu’« il est urgent que les écologistes retournent au gouvernement, sur la base d’un pacte et d’engagements concrets ».

De quoi rendre quelque peu houleux le rassemblement organisé ce samedi par les écolos. Une réunion à laquelle participera Emmanuelle Cosse, mais ni Cécile Duflot ni Michèle Rivasi, qui a même assuré que « les opportunistes tentés de rallier le gouvernement » sans le soutien d’EELV « seraient exclus du parti ». Ce qui a fait dire à François-Michel Lambert : « Ou bien tout EELV vient dans ce rassemblement, ou bien le parti disparaît. »

Franck Delétraz


En partenariat avec le quotidien Présent – Chaque jour, retrouvez sur Novopress la Une du quotidien Présent ainsi qu’un article sélectionné par la rédaction et mis gratuitement à votre disposition. Seul quotidien de réinformation, Présent est unique dans le paysage médiatique français. Contribuez à abattre le mur de la bien-pensance et du médiatiquement correct, lisez et faites lire Présent ! Abonnez-vous !