Le projet de réforme du droit d’asile va accélérer le Grand remplacement

Le projet de réforme du droit d’asile va accélérer le Grand remplacement

25/03/2015 – PARIS (NOVOpress/Bulletin de réinformation)
Le site Polemia.com fait le point sur le projet de loi de réforme du droit d’asile porté par le gouvernement Valls. En décembre dernier, le texte a été approuvé en première lecture à l’Assemblée.

Bernard Cazeneuve a souligné que le projet transposait deux directives européennes

Mais ce projet part aussi du constat d’un système à bout de souffle, notamment les délais trop longs sur les dossiers, la saturation du dispositif et le coût exponentiel des aides aux demandeurs d’asile. Malgré une fermeté affichée, le projet de loi a cédé face aux groupes de pression immigrationnistes.

Ce qui ressort du texte, c’est avant tout le renforcement des droits des demandeurs d’asile ce qui favorise le Grand remplacement

L’objectif est tout d’abord de ramener les délais de traitement des dossiers de deux ans à neuf mois, en simplifiant les procédures et en renforçant les moyens. Puis un autre objectif est d’améliorer la protection des personnes, de leurs conditions d’accueil en prévoyant la création de 4 000 places supplémentaires au sein de structures d’hébergement.

Le texte généralise l’effet suspensif des recours contre les décisions refusant l’asile, il prévoit que les demandeurs d’asile soient conseillés sur les droits, il harmonise les aides financières, il étend les droits en termes de réunification familiale et de documents de voyage afin de faciliter « L’intégration à la société française ».

Le projet de loi prévoit aussi de disséminer l’immigration sur tout le territoire

Plus de 50% des dossiers sont déposés en Ile‑de‑France et en Rhône‑Alpes. Afin d’équilibrer géographiquement les dossiers, l’hébergement sera désormais réparti sur tout le territoire de manière obligatoire, réalisant le Grand remplacement près de chez vous.

Le député UMP Eric Ciotti a dénoncé un système du droit d’asile bien trop attractif et généreux

De plus, il est détourné abusivement par le crime organisé. Et rares sont les reconductions aux frontières des clandestins, à la hauteur de 5 %. C’est pourquoi le député UMP en conclut que le droit d’asile en France constitue une machine légale à régulariser les clandestins.

Crédit image : France terre d’asile, via Wikipédia, (cc).