Le français, une des langues les plus parlées par les sympathisants de Daesh sur Tweeter

Le français, une des langues les plus parlées par les sympathisants de l’État islamique sur Twitter

07/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
L’article de Philippe Berry paru dans 20 Minutes le 6 mars 2015 nous fait part d’une étude révélatrice. Le Brookings Institute qui se penche sur la stratégie web de l’État islamique nous apprend que le français est la troisième langue de ses sympathisants sur Twitter.

Sur environs 46.000 comptes avec une moyenne de 1.000 followers (ceux qui suivent le compte), tous ne sont pas sympathisants. Ce n’est pas facile de déterminer combien sont pour l’État islamique, mais plus qui. Il convient donc de s’orienter sur un autre sujet de réflexion : le langage.

L’arabe est de loin la langue la plus utilisée, à 73%, devant l’anglais (18%) et le français (6%). Un chiffre significatif pour le français, alors qu’aucune autre langue n’arrive à 1% y compris le chinois mandarin et le portugais sur le podium des langages avec l’anglais.

98% des comptes ont bloqué la géolocalisation. Les 2% restants sont principalement situés en Arabie saoudite, en Syrie, en Irak et aux États-Unis. On trouve 20 comptes non protégés en France, dont 19 sont encore actifs aujourd’hui, sur trois localités: deux en région parisienne et un à Nancy.

L’article et l’étude menée s’arrêtent à cette réflexion et nous laissent sur notre faim. Or, il est souvent intéressant de s’interroger sur ce qu’une demi-pensée ne dit pas. Si on n’oublie pas qu’il y a des pays francophones d’Afrique qui sont musulmans, ils ne sauraient justifier à eux seuls une telle proportion. La France est le pays ayant la plus forte concentration de musulmans en Europe. Ceux que l’on nous vend médiatiquement comme modérés hormis quelques déséquilibrés et terroristes loups solitaires ne le seraient peut-être pas tant que ça. Et puis, ces prêches d’imams radicaux en France, il y a bien un public de fidèles qui les écoutent, non ?

À force de tout nous cacher, les divers médias nous enseignent beaucoup.