Les bons copains

Les bons copains

02/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
Ils vont se réunir le 4 mars prochain à Saint-Denis lors d’un meeting pour lutter, sans rire,  contre l’islamophobie et le climat sécuritaire en France. Qui sont ce ils  ?

Des conglomérats musulmans, bien sûr, mais aussi de nombreux syndicats, associations, partis d’extrême-gauche : association culturelle les Oranges, association Falsafa (Angers), ARLDFM (Association pour la reconnaissance des droits et libertés aux femmes musulmanes), ATMF (Association des Travailleurs Maghrébins de France), ATTAC, Beur FM, Capab (Collectif Antifasciste Paris Banlieues), CCIF (Collectif Contre l’Islamophobie en France), CGT Educ’action Créteil,  CEAL Collectif enseignant pour l’abrogation de la loi de 2004, Cedetim, CFPE (Collectif Féministes Pour l’Egalité), Compagnie Erinna – Grèce/Résistances !, Droit Solidarité, Ensemble (FdG), EELV (Europe Ecologie Les Verts), FCP (Force Citoyenne Populaire), Femmes Plurielles, FFR (Filles et Fils de la République) Créteil, Fondation Frantz Fanon, FTCR (Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives), FUIQP (Front Uni des Quartiers Populaires), IJAN (International Jewish anti-Zionist Network), Les Indivisibles, MTE (Mamans Toutes Egales), NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste) (« sur la base de l’appel contre l’union sacrée »), Oumma.com, PCF (Parti Communiste Français), PIR (Parti des Indigènes de la République), PSM (Présence et Spiritualité Musulmane), Revue Z, Sortir du Colonialisme, Stop le  Contrôle au Faciès, Sud Education Créteil, UJFP (Union Juive Française pour la Paix), UOIF (Union des Organisations Islamiques de France).

Dans leur plus grand dénominateur commun qui est la haine de l’identité française jusque leur plus petit dénominateur commun qui est une politique internationaliste d’inféodation, ces alliés à la base improbable (les uns détestent l’athéisme, les autres Dieu) se sont trouvés.

Reste le motif de cette réunion qui est à la limite de la farce à une heure où la justice Taubira a anéanti la sanction des crimes et délits, où les médias ne passent pas une journée sans parler de lutte contre l’islamophobie.

Ces groupes religieux comme politiques sont aussi à l’aise avec leurs mensonges qu’ils le sont avec les subventions, fruits du travail d’une bonne partie de la population qu’ils s’évertuent pourtant à haïr.

Crédit image : Indigènes de la République, DR.