Binationaux : l’Australie tranche (Présent 8301)

Binationaux : l’Australie tranche (Présent 8301)

24/02/2015 – CANBERRA (NOVOpress)
Suivant l’exemple des Pays-Bas et du Royaume-Uni, l’Australie, également confrontée à une importante menace islamo-terroriste intérieure, se prépare à adopter une mesure de simple bon sens concernant ses binationaux : déchoir de leur nationalité australienne tous ceux qui seront impliqués dans des réseaux djihadistes.

Binationaux : l’Australie tranche (Présent 8301)Contrer la menace intérieure

Rappelant lundi, lors de la présentation de son projet de réforme, que la menace intérieure s’était aggravée depuis un an et que quelque 400 enquêtes impliquant des djihadistes, nés pour la plupart en Australie, étaient actuellement en cours, le chef du gouvernement conservateur, Tony Abbott, a expliqué très justement que « nous ne pouvons laisser des gens mal intentionnés utiliser notre nature ouverte à nos dépens ». C’est pourquoi, a-t-il ajouté, le gouvernement « va produire des amendements à la loi sur la nationalité, permettant la déchéance ou la suspension de la nationalité australienne pour les binationaux » liés à des organisations terroristes.

Une mesure de bon sens

Une mesure de bon sens déjà mise en œuvre par plusieurs pays, mais pas par la France, pourtant directement concernée de par sa forte proportion de binationaux originaires de pays musulmans.

Certes, le ministre de l’Intérieur a rappelé en janvier que la déchéance de nationalité française pour les personnes condamnées pour terrorisme est prévue par la loi et que lui-même avait déjà pris une mesure de ce type. Allusion au cas Ahmed Sahnouni, terroriste franco-marocain dont la déchéance de nationalité venait d’être validée par le Conseil constitutionnel. Mais il oubliait de préciser que huit personnes seulement s’étaient vu retirer leur nationalité française pour terrorisme depuis 1973 !

Mieux : à Sarkozy qui lui demandait d’interdire le retour sur notre sol des Français et binationaux partis faire le djihad à l’étranger, Cazeneuve a répondu par la négative, en expliquant que la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme stipule que « nul ne peut être privé du droit d’entrer sur le territoire de l’Etat dont il est le ressortissant ».

Franck Delétraz


En partenariat avec le quotidien Présent – Chaque jour, retrouvez sur Novopress la Une du quotidien Présent ainsi qu’un article sélectionné par la rédaction et mis gratuitement à votre disposition. Seul quotidien de réinformation, Présent est unique dans le paysage médiatique français. Contribuez à abattre le mur de la bien-pensance et du médiatiquement correct, lisez et faites lire Présent ! Abonnez-vous !