Un catholique peut-il voter Front national ? (Présent 8300)

Un catholique peut-il voter Front national ? (Présent 8300)

23/02/2015 – PARIS (NOVOpress)
Les anciens s’en souviendront, les plus jeunes l’apprendront : en 1972, un document de la Commission épiscopale du monde vantait « la société socialiste, la société solidaire ». En 1974, au congrès de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC), Georges Marchais, alors secrétaire général du Parti communiste, était accueilli par 35.000 jeunes entonnant l’Internationale, scène se déroulant en présence de 44 évêques dont Mgr Marty, cardinal-archevêque de Paris. Ce qui est intéressant, c’est la justification d’une telle dérive procommuniste : c’était l’expression d’une « option préférentielle pour les pauvres », dans le sillage du concile Vatican II.

Une du numéro 8300 de "Présent"

Une du numéro 8300 de « Présent »

Le Magnificat, où la Vierge loue un Dieu qui « renverse les puissants de leurs trônes », était compris comme une apologie et une justification de la révolution. Dieu était en faveur des opprimés, des prolétaires, des exclus, les chrétiens devaient donc être à leurs côtés. La Commission épiscopale du monde ouvrier disait : « Pour la majorité des travailleurs, l’orientation socialiste ne se présente pas sous la forme d’une option à prendre, mais sous la forme d’une nécessité qui s’impose à eux, s’ils veulent rester fidèles aux exigences de la justice et de la solidarité. »

En conséquence, nos évêques se devaient d’être avec ces travailleurs, solidaires de leur choix politique, approuvant les prêtres et les catholiques inscrits au parti communiste ou à la CGT, pour y être « présence d’Eglise » et « saveur d’Evangile ».

Pourquoi rappeler cette sombre page de l’histoire de l’Eglise de France aujourd’hui ? Parce qu’il y a une évolution, que dis-je, une révolution notable que nul ne souligne.

Nos évêques – qui, il est vrai, ont changé depuis Jean-Paul II et Benoît XVI – de même que la JOC ou l’ACO (Action catholique ouvrière), ne sont plus solidaires des travailleurs, des pauvres, des exclus. Car ceux-là votent et luttent aux côtés du Front national, qui est de loin le premier parti chez les ouvriers, les employés, les chômeurs et ceux qui ont un niveau inférieur au bac, bref, les exclus, ceux que Marine Le Pen appelle les « invisibles ». Les catholiques ne sont plus exhortés à être « présence d’Eglise » auprès de ces pauvres-là, ils sont, au contraire invités à en détourner les yeux et ne point les imiter, ni à adhérer au FN, même pour y être « saveur d’Evangile ».

Ce ne sont pas de « bons » pauvres. Les « puissants qu’ils veulent renverser de leurs trônes », ce sont les partis de gauche, les médias qui leur sont inféodés et tous les nantis du pouvoir politique, religieux et culturel qui les méprisent et les calomnient. Pas un évêque à leurs côtés, pas un mouvement d’action catholique, personne, du haut en bas de la hiérarchie, pour être officiellement solidaire du choix de ces exclus !

On nous permettra de terminer sur une anecdote personnelle. Une vieille dame, ouvrière dans le textile, que nous avons bien connue – elle n’est plus de ce monde – était catholique mais votait communiste comme son mari dans les années cinquante puis, devenue veuve, quelques décennies plus tard, Front national. Elle me confiait : « Quand je votais communiste, le prêtre me disait que ce n’était pas possible de voter comme ça et d’être catholique. Aujourd’hui, mon curé me dit la même chose quand je vote Front national, mot pour mot ! Je vais te dire, les curés sont toujours du côté du manche contre nous, les ouvriers, avec la bourgeoisie, hier celle de droite quand on est communiste, maintenant celle de gauche quand on est Front national. »

Guy Rouvrais
guy-rouvrais@present.fr

Photo : Face ouest de Notre-Dame de Paris. Crédit : P e z i via Wikipédia (cc).


En partenariat avec le quotidien Présent – Chaque jour, retrouvez sur Novopress la Une du quotidien Présent ainsi qu’un article sélectionné par la rédaction et mis gratuitement à votre disposition. Seul quotidien de réinformation, Présent est unique dans le paysage médiatique français. Contribuez à abattre le mur de la bien-pensance et du médiatiquement correct, lisez et faites lire Présent ! Abonnez-vous !