gchq

Quand la NSA pirate les cartes SIM pour surveiller les communications mobiles

21/02/2015 – ÉTATS-UNIS (NOVOpress)
Au lieu de s’embêter à tenter de casser les clés de chiffrement des connexions mobiles, la NSA aurait trouvé une solution plus radicale : les voler par millions auprès de ceux qui les fabriquent.

En effet, le site The Intercept a révélé – sur la base de documents fournis par Edward Snowden – que les services secrets britanniques (le GCHQ) et la NSA avaient piraté les comptes email et Facebook de salariés de Gemalto, le leader mondial de la fabrication de cartes SIM. L’objectif de cette vaste opération de piratage : mettre la main sur des millions de clés d’authentification censées assurer la protection des communications entre le téléphone mobile et la station de base.

Il est certain qu’aujourd’hui, les communications mobiles ne doivent absolument pas être considérées comme sécurisées. Ainsi, comme le conseille le journal 01Net, ceux qui voudraient transmettre des données confidentielles ont intérêt à utiliser des solutions telles que Silent Circle, Cryptocat, TextSecure ou encore Red Phone.