Racisme anti-Blanc et terrorisme, par Gérald Pichon

Racisme anti-Blanc et terrorisme, par Gérald Pichon

17/02/2015 – PARIS (NOVOPress)
Gérald Pichon est l’auteur de « Sale Blanc ! Chronique d’une haine qui n’existe pas », sorti il y a maintenant deux ans.

Lorsque les médias évoquent les motivations des terroristes comme Khaled Kelkal ou des frères Kouachi, ils parlent évidemment de cette volonté d’importer le djihad (« guerre sainte ») sur le sol européen.

Pourtant, il manque un élément essentiel dans leur motivation criminelle, c’est la haine raciale du Blanc/Français de souche.

Délinquance + racisme anti blanc + islamisme = Terroristes djihadistes

 Les parcours des terroristes islamiste ayant sévi en France ces trente dernières années sont quasi-similaires : de jeunes délinquants, pur produit de la culture banlieue (rap anti-français) et de l’éducation nationale (discours victimaires), ayant connu l’islam en prison avant de basculer dans le terrorisme.

La haine du Blanc/Français de souche est donc bel et bien présente dans le passage à l’acte. Le visage pâle qui était considéré comme un « beauf raciste » dans la cité, avant de devenir un « colonisateur-esclavagiste» et pour eux désormais après leur conversion, un « croisé » ou « un occidental dégénéré ».

Déclarations des terroristes ou témoignages sur les Blancs/Français de souche :

Fouad Ali Saleh dit « Ali le Tunisien » est l’organisateur présumé de quinze attentats qui font au total 13 morts et 303 blessés à Paris de décembre 1985 à septembre 1986 :

« L’Occident grouille de “Blancs infects”, les chrétiens, acharnés depuis plus d’un millénaire à “déchirer le Coran dans le cœur des musulmans”, sont par définition les“ vecteurs du mensonge” »

Me Jacques Chanson, avocat de SOS-Attentats, excédé par son attitude méprisante lui demande “de ne pas rire devant les victimes, de ne pas se comporter comme un petit fou et un crétin”. Plus rapide qu’une mitraillette, il riposte avant d’être expulsé : “C’est toi le crétin, fils de porc, sale Blanc… Tu crois me faire peur ! Je vais revenir et te cracher au visage.” Fouad Salah devant la cour d’assises de Paris Exaltations contrôlées Le Monde 06/04/1992

« L’Occident sera sanctionné sans pitié jusqu’à l’extermination du dernier Européen de la planète, judéo-chrétien, gréco-romain blanc et occidental » 

Khaled Kelkal  terroriste islamiste algérien membre du Groupe islamique armé (GIA) et le principal responsable de la vague d’attentats commise en France à l’été 1995

« J’avais les capacités de réussir, mais j’avais pas ma place, parce que je me disais: l’intégration totale, c’est impossible; oublier ma culture, manger du porc, je ne peux pas. »

« Pour moi, les Occidentaux, ils ont aucun respect. (…) Jamais je pourrais sortir avec une femme, je l’amène chez moi et je l’embrasse devant mes parents, ça serait impossible. Le mec qui baise sa femme devant ses parents, c’est de la liberté ? Non, c’est un manque de respect. Il y en a même qui regardent des films pornographiques avec leurs parents. C’est une honte. (…) Pour moi, musulman, la religion chrétienne, c’est une fausse religion, parce que tous les ans vous avez une nouvelle version de la Bible.» (Libération)

Safir Bghiouia, 25 ans, abattu par le GIPN de Marseille et son complice voulaient «tuer des flics» en septembre 2001. « Au lance-roquettes, ils ont carbonisé une voiture de police, pris pour cible le commissariat de la ville héraultaise [Bézier], tiré sur un fonctionnaire de l’identité judiciaire. Puis abattu Jean Faret, chef de cabinet du maire de Béziers, à l’arme automatique. » (Libération)

« Devant les locaux de l’hôtel de police, où la mère du forcené est interrogée, un homme se présente comme le beau-frère du meurtrier. Il se dit “fier” de Safir, abattu par les hommes du GIPN. Il désigne une petite fille qui l’accompagne : C’est sa sœur. Elle aussi, elle est fière de son frère. L’homme essaie d’expliquer les motivations de Bghioua : “C’est idéologique. Vous comprenez ? Vous vous souvenez de Khaled Kelkal ? C’est la même chose. Il a fait ça parce qu’il ne supportait plus la vie à La Devèze [le quartier où il vivait], le regard des autres, le racisme.” »

Les frères Kouachi, les auteurs de l’attentat contre le journal Charlie Hebdo ayant eu lieu le 7 janvier 2015 à Paris et ayant entraîné la mort de 12 personnes.

« Saïd et Chérif disent : “Nous, les Algériens.” (…) Les frères Kouachi, “rebeus” revendiqués, “n’aimaient pas beaucoup les Français en théorie. Ils ne portaient pas les Blancs dans leur cœur, ça, c’est sûr”. » (Le Monde du 10 février 2015)

« enchaîne les aventures sexuelles avec les filles du foyer, déteste “les Gaulois” (les Français de souche) et le fait savoir en affichant un dédain silencieux vis-à-vis des éducateurs qui tentent de l’aider malgré lui. (…) “il ne portait pas trop les blancs dans son cœur non plus”, se souvient Pierre. » (Le Matin)


Vous avez des informations sur le racisme anti-blancs ? vous pouvez contacter l’auteur sur :
Facebook : https://www.facebook.com/pages/Sale-Blanc-White-Bastard/538590269555103
Twitter : https://twitter.com/gerald_pichon