Cet islam qui veut notre mort (Présent 8295)

Cet islam qui veut notre mort (Présent 8295)

17/02/2015 – PARIS (NOVOpress)
Le temps n’est plus où le ministre de l’intérieur attribuait à un fou l’agression de policiers, quoique ce fût au cri d’Allah Akbar. Après l’attentat de Copenhague succédant à ceux de Paris et de Bruxelles, nul n’oserait parler d’une loi des séries. Même François Hollande a établi un lien : « Ce qui s’est produit (au Danemark), c’est ce qui était déjà à l’œuvre en France il y a plus d’un mois. Ce sont les mêmes cibles qui avaient été choisies par le terroriste. » Il a tout de même « oublié » un autre élément de similitude : l’islamisme. Car nous ne sommes pas face à l’offensive continue d’un terrorisme sans nom, sans visage, sans idéologie, mais nous sommes confrontés au terrorisme islamique. Cet adjectif semble écorcher les lèvres de nos dirigeants car sa racine, c’est « islam », ce qui est très embêtant car, officiellement, l’islamisme n’a rien à voir avec l’islam, quoique sans le second le premier n’existerait pas.

Cet islam qui veut notre mort (Présent 8295)Si nous n’osons pas nommer notre adversaire, nous avons déjà perdu une bataille. Si nous nous trompons sur son objectif également. Or, à en croire le chef de l’Etat, les terroristes islamiques, en France et au Danemark, combattent « les valeurs de la liberté, du droit, de la protection de chaque citoyen ». Ce serait, en somme, des ennemis des fondamentaux de la République. Or, la guerre qu’ils nous font est accessoirement politique et essentiellement religieuse.

L’Etat islamique et ses épigones n’ont jamais fait mystère de leur objectif : établir partout la charia, la loi islamique, ce qui suppose que le monde entier devienne musulman. Ils nous proposent de nous convertir ou de nous couper la tête. Le moyen de nous convaincre, c’est la terreur. Il n’est guère « correct » non plus de parler de guerre de civilisations, c’est bien pourtant ce dont il s’agit entre l’Occident modelé par le christianisme et l’islam, qui l’a toujours combattu hier et veut encore l’abattre aujourd’hui. Il ne sert à rien de dire que cet islam-là n’est pas le « vrai », comme l’ânonnent quotidiennement nos dirigeants, puisque de toute façon, c’est celui-là qui veut notre mort.

Le gouvernement, pour éviter de nouvelles vocations de tueurs au croissant, va renforcer l’éducation civique à l’école, des missionnaires des valeurs républicaines vont s’y déployer et y chanter la beauté du « vivre ensemble » sur l’air de « Si tous les gars du monde… » Car, voyez-vous, si les Kouachi et Coulibaly, en France, et Omar, au Danemark, ont basculé dans l’islamisme, c’est parce que, pendant leur scolarité, ils ont souffert d’un déficit d’instruction civique. La vérité est que ces terroristes étaient parfaitement intégrés grâce, entre autres, à l’école de la République. Un des éducateurs des frères Kouachi en a témoigné : « On a du mal à imaginer que ces gamins, qui ont été parfaitement intégrés, puissent comme ça délibérément tuer. » Ils sont « post-intégrés », ils ont été « désintégrés » par la propagande islamiste sur internet. L’école et la famille ne dispensent plus que 10 % des connaissances des jeunes, 90 % viennent de la Toile. Le ministre de l’Intérieur se tourne vers Google et Facebook pour leur demander de faire quelque chose pour empêcher les sites islamistes d’embrigader notre jeunesse. Il faudrait plutôt interpeller systématiquement ceux qui les consultent, même s’il faut une loi nouvelle pour cela. Régulièrement on apprend que des centaines, voire des milliers de pédophiles en Europe sont arrêtés, piégés sur les sites infâmes qu’ils consultent. Est-ce impossible pour les terroristes potentiels ? Ce serait aussi, d’une autre façon, protéger nos enfants…

Guy Rouvrais


En partenariat avec le quotidien Présent – Chaque jour, retrouvez sur Novopress la Une du quotidien Présent ainsi qu’un article sélectionné par la rédaction et mis gratuitement à votre disposition. Seul quotidien de réinformation, Présent est unique dans le paysage médiatique français. Contribuez à abattre le mur de la bien-pensance et du médiatiquement correct, lisez et faites lire Présent ! Abonnez-vous !