L’Ukraine sous perfusion de la Banque mondiale et du FMI

L’Ukraine sous perfusion de la Banque mondiale et du FMI

13/02/2015 – PARIS (NOVOpress via Kiosque courtois)
Dans la foulée de l’accord de cessez‑le‑feu signé hier à Minsk entre les séparatistes pro‑russes et les autorités de Kiev, le FMI et la Banque mondiale ont annoncé l’octroi de prêts substantiels à l’Ukraine. Apparemment, il y a le feu au lac…

C’est en tout cas l’impression d’un certain nombre d’observateurs. D’une part, la signature d’un accord étonnamment favorable aux forces pro‑russes, un accord que les Européens semblaient pressés de signer. De l’autre, dans la même journée, des prêts nourris destinés à sauver l’Ukraine d’une banqueroute annoncée. Rappelons que l’accord de Minsk signé hier prévoit entre autres l’organisation d’élections locales ainsi qu’un régime d’autonomie dans certains secteurs des régions de Donetsk et de Lougansk. Une concession majeure en faveur des autonomistes pro‑russes. Le chef du Kremlin et les dirigeants séparatistes n’ont d’ailleurs pas caché leur satisfaction. Son de cloche très différent côté européen où domine le scepticisme. En bonnes caisses de résonance de l’oligarchie, Le Monde parle d’un « accord imparfait et fragile », Le Point d’un « accord douteux »… Quant au président ukrainien Petro Porochenko (photo), il a déjà accusé Moscou et les séparatistes pro‑russes d’être passés à l’offensive après la conclusion de l’accord. Une accusation idiote : on ne voit pas pourquoi l’accord aurait été violé par ses bénéficiaires.

Les occidentaux ont‑ils voulu assurer à tout prix un cessez‑le‑feu à l’est, sachant qu’il urgeait de mettre le pays sous perfusion du FMI ?

C’est sans doute la raison de cet accord qui ressemble, dans un premier temps du moins, à une capitulation. La Banque mondiale s’est engagée hier à fournir jusqu’à 2 milliards de dollars à l’Ukraine en 2015. Ces 2 milliards de dollars devraient s’intégrer au plan d’aide global de 40 milliards de dollars annoncés plus tôt dans la journée par le Fonds monétaire international, qui s’est dit disposé à y participer à hauteur de 17,5 milliards de dollars sur 4 ans. Le reste de l’aide devra venir de prêts bilatéraux et d’un effacement de la dette privée de l’Ukraine, actuellement en négociation. L’aide devra se focaliser sur les « populations pauvres », annonce le laconique communiqué de la Banque mondiale, ainsi que sur les réformes « importantes » que Kiev devra mener « en matière de lutte contre la corruption ».

Crédit photo : Poland Ministry of Foreign Affairs, via Flickr, (cc).