Islamo-terrorisme, Taubira minimise le rôle des prisons (Présent 8292)

Islamo-terrorisme, Taubira minimise le rôle des prisons (Présent 8292)

12/02/2015 – PARIS (NOVOpress)
Intervenant mardi en marge de sa visite à l’ONU le ministre de la Justice, prenant prétexte que « 16 % seulement » des personnes condamnées pour actes de terrorisme auraient des antécédents judiciaires, a expliqué aux journalistes que la prison est « un des terreaux » de l’extrémisme mais « n’est pas le lieu principal de radicalisation » des djihadistes. Une affirmation qui n’est pas totalement fausse, puisqu’il y a aussi La Mecque et Médine…

Islamo-terrorisme, Taubira minimise le rôle des prisonsCulture de l’excuse

Il faut dire que le garde de Sceaux, qui venait d’exposer devant l’ONU « les leçons tirées par la France » des attentats du 11 janvier, avait déjà grandement rassuré nos partenaires en leur expliquant que la réponse au terrorisme ne doit pas être « uniquement sécuritaire » mais doit aussi « prendre en compte les facteurs économiques, culturels et sociaux ». Car, avait-elle ajouté, « le terrorisme se nourrit de la misère, de l’humiliation, du déracinement et du sentiment de ne pas avoir d’avenir », ainsi que des inégalités croissantes entre riches et pauvres. En clair : si les barbares de l’EI décapitent des innocents, c’est un peu notre faute, à nous autres salauds d’Occidentaux racistes et exploiteurs.

Un discours qui ne surprend pas vraiment de la part de l’indépendantiste guyanaise qui, par pure idéologie, a donc ensuite minimisé le rôle de nos prisons dans la radicalisation des islamistes, alors même que celles-ci sont devenues de véritables écoles coraniques.

« Plusieurs centaines de détenus »

Un phénomène qui n’est pas nouveau puisqu’en 2013, déjà, Guillaume Larrivé, dans un rapport particulièrement alarmant, avertissait : « Alors qu’environ 60 % de la population carcérale en France (…) peuvent être considérés comme de culture ou de religion musulmane, la radicalisation islamiste est aujourd’hui susceptible de concerner plusieurs centaines de détenus. » Et les choses n’ont fait qu’empirer depuis. Comme en témoignait récemment l’aumônier musulman Mohamed Loueslati racontant dans divers médias comment, en quinze ans de visites quotidiennes dans la prison de Rennes, il a vu « le nombre de détenus dit “radicalisés” augmenter » et « leurs propos devenir de plus en plus violents ».

Franck Delétraz


En partenariat avec le quotidien Présent – Chaque jour, retrouvez sur Novopress la Une du quotidien Présent ainsi qu’un article sélectionné par la rédaction et mis gratuitement à votre disposition. Seul quotidien de réinformation, Présent est unique dans le paysage médiatique français. Contribuez à abattre le mur de la bien-pensance et du médiatiquement correct, lisez et faites lire Présent ! Abonnez-vous !