Vaste manœuvre diplomatique pour la paix en Ukraine

Vaste manœuvre diplomatique pour la paix en Ukraine

Hollande à Kiev pour éviter la guerre : comme Daladier à Munich ?

Eviter une guerre totale dont la ligne de front se situerait à deux heures d’avion de la France. Le président de la République s’est rendu hier à Kiev avec la chancelière allemande, Angela Merkel, pour rencontrer le président ukrainien (photo). Les trois dirigeants devaient se mettre d’accord sur une « nouvelle proposition  » de règlement du conflit en Ukraine orientale. Ce conflit a fait 5 300 morts en neuf mois et est susceptible de dégénérer à tout moment en un conflit ouvert entre l’Ukraine et la Russie. Angela Merkel et François Hollande doivent en discuter aujourd’hui avec Vladimir Poutine à Moscou. Angela Merkel, qui ne s’est plus rendue à Moscou depuis 2013, est attendue à Washington lundi.

Le gouvernement américain soutient cette initiative, mais n’exclut pas le conflit armé

Après plusieurs victoires des forces pro‑russes, les Etats‑Unis ont même évoqué l’idée d’armer directement le gouvernement pro‑Occidental. Le chef de la diplomatie américaine, John Kerry, était à Kiev hier : il a annoncé qu’il ne voulait pas d’une « paix à sens unique »et voulait « mettre un terme » à « l’agression russe », « nous voulons une résolution pacifique » du conflit en Ukraine, a toutefois souligné le secrétaire d’Etat américain. A Washington, le sénateur John McCain a déclaré que la chambre haute du Congrès se chargerait de rédiger un projet de loi pour livrer des armes à Kiev si le président américain ne le faisait pas. Si les Etats‑Unis envisagent d’armer l’Ukraine, la France rejette, pour l’heure, catégoriquement cette option.

L’OTAN se prépare au pire : vers un retour de la guerre froide ?

La tension monte entre l’OTAN et la Russie. Les intrusions aériennes se multiplient, créant des incidents diplomatiques. Deux bombardiers russes ont notamment été interceptés sur la Manche la semaine dernière. Dans ce contexte, l’initiative franco‑allemande, la plus importante depuis le début de la crise, a été saluée par l’organisation de défense comme un « nouvel effort ». Mais l’OTAN prépare déjà une solution plus musclée. Elle a décidé ce jeudi de renforcer ses forces de 5 000 hommes dans l’Est de l’Europe. Le secrétaire général de l’Alliance a affirmé que c’était « une réponse aux actions agressives de la Russie, qui a violé la loi internationale et annexé la Crimée ». Ces forces resteront stationnées en dehors des pays de l’ex‑URSS, mais pourraient être déployées rapidement.

Crédit photo : Poland Ministry of Foreign Affairs, via Flickr, (cc).