Par leurs provocations irresponsables, les « Charlie » réussiront-ils à paralyser la lutte anti-jihadiste au Sahel ? L'Afrique Réelle N°62, février 2015

Par leurs provocations irresponsables, les « Charlie » réussiront-ils à paralyser la lutte anti-jihadiste au Sahel ?

Editorial et Sommaire de L’Afrique Réelle N°62, février 2015

Editorial de Bernard Lugan :

1) Parlons vrai : que cela plaise ou non, pour une grande partie de l’Afrique, l’odieux assassinat des journalistes de Charlie Hebdo est vu comme la « juste punition de blasphémateurs ». Quant aux imprudents responsables africains qui furent littéralement convoqués à la marche parisienne des « Charlie », notamment les présidents Ibrahim Boubacar Keita du Mali et Mahamadou Issoufou du Niger, les voilà désignés comme des ennemis de l’islam. Ils sont donc politiquement affaiblis et cela alors qu’ils sont en première ligne contre le jihadisme.

Par leurs provocations irresponsables, les « Charlie » réussiront-ils à paralyser la lutte anti-jihadiste au Sahel ? L'Afrique Réelle N°62, février 2015Les conséquences géopolitiques qui vont découler de cette situation ne peuvent encore être mesurées. Notamment au Niger où Boko Haram (photo ci contre) qui, jusqu’à présent ne s’était pas manifesté, a pris le prétexte de la livraison du numéro spécial de Charlie Hebdo publié après les assassinats, pour lancer des foules fanatisées contre les intérêts français à Zinder et à Niamey. Au même moment, nos postes militaires avancés veillent aux frontières du pays pour empêcher le Niger de passer sous le contrôle des jihadistes…

Un officier supérieur égyptien pourtant peu suspect de sympathies islamistes me disait récemment : « Quand Charlie Hebdo représentait le pape Benoît XVI sodomisant un enfant de chœur, ses journalistes passaient pour de facétieux potaches et les catholiques protestaient par la prière. Mais quand ils insultent le prophète Mahomet, ils le paient de leur vie. Il est désolant de devoir constater que ce sont les malades mentaux salafistes qui, par l’assassinat, rappellent vos journalistes à la décence ».

Cruelle réflexion !
Les irresponsables de Charlie Hebdo ont-ils conscience des dégâts que leur jusqu’au-boutisme a provoqué en Afrique ? Peuvent-ils comprendre qu’ils ont mis en danger la vie de Français expatriés ? Peuvent-ils imaginer qu’ils fournissent des armes aux jihadistes tout en paralysant nos soldats engagés dans de difficiles combats pour les réduire ?

2) Mortelle culture de l’excuse : des terroristes islamistes de nationalité française et issus de l’immigration assassinent 17 compatriotes. Pour le Premier ministre français, l’origine de ces crimes odieux est à rechercher dans l’ « apartheid » qu’auraient pu subir les meurtriers…
Au lieu de s’attaquer aux vraies causes du mal, voilà donc ouvert un nouveau et inutile débat sémantique à travers l’utilisation d’un « mot-prison » permettant à des politiciens faillis de gagner du temps et des points de popularité [1]. Tout en tentant de faire oublier que les tragiques évènements du mois de janvier 2015 sont une conséquence du « grand remplacement » dont ils sont responsables…

[1] Pour ce qui est du véritable sens du mot « apartheid », on se reportera au chapitre XIII de mon livre Mythes et manipulations de l’histoire africaine intitulé « Apartheid mérite-t-il d’être devenu un « mot prison » ? »

 

SOMMAIRE

Actualité
– Algérie : L’effondrement du prix du pétrole menace la paix sociale
– Le Nigeria et le Niger face à Boko Haram
– Burkina Faso : De Thomas Sankara à Blaise Compaoré

Histoire
Le premier conflit mondial en Afrique du Nord

Afrique du Sud
Quand Mgr Lafont louvoie entre niaiserie, aveuglement et déni de réalité

Source : le blog de Bernard Lugan.

Crédit photo : Magharebia, via Flickr, (cc).