Italie : le Maroc paie l’arabe pour tous à l’école primaire

Italie : le Maroc paie l’arabe pour tous à l’école primaire

28/09/2013 – 08h00
TRÉVISE (NOVOpress) –
« Zinoun Bouchra, enseignant d’origine marocaine résidant à Trévise, a la joie et l’enthousiasme dans la voix : “Nous voulons lancer un pont entre les cultures différentes pour construire des moments de rencontre et, nous l’espérons, de paix” ».

Zinoun Bouchra et son association InterMed Cultura, comme l’écrit avec admiration le journal local, « s’apprêtent à remporter une victoire sensationnelle, si l’on considère les deux dernières décennies de l’histoire de Trévise ». L’ancien maire ligueur de la ville, Giancarlo Gentilini, dit « le shérif », n’invitait-il pas les musulmans à aller « pisser dans leurs mosquées » au lieu de pisser sur les murs des maisons ? Mais ces temps sont passés : Gentilini a été condamné pour incitation à la haine raciale, et Trévise, depuis juin dernier, a une municipalité de gauche.

La victoire de Zinoun Bouchra, elle se passe au groupe scolaire public Coletti de Trévise (deux maternelles, cinq écoles primaires et deux collèges). Les élèves de la 3e à la 5e élémentaire (du CE2 au CM1) auront désormais des cours de langue et de culture arabe, « pour apprendre l’alphabet arabe, l’histoire et la culture dont sont originaires tant de leurs petits camarades. Et tout cela pendant les heures de classe ». L’horaire sera de quatre heures par semaine toute l’année, « en respectant à la fois les fêtes italiennes et les fêtes arabes ». Mieux encore, « l’initiative ne coûtera rien à l’école : elle est intégralement payée par le gouvernement marocain », qui prend en charge les salaires de deux enseignants « de langue maternelle arabe ».

Le groupe scolaire Coletti promeut ces cours avec le slogan « Ouvre-toi au monde », et précise qu’ils s’adressent, non seulement aux enfants, mais aux adultes : « étudiants, enseignants, et toutes les personnes intéressées par la découverte et la rencontre ».

 L’initiative est exaltée par le quotidien national La Stampa, en pur jagon multiculturaliste, comme un modèle à suivre dans toute l’Italie. Trévise éprouve « un orgueil justifié », puisque c’est la première fois qu’une école italienne organise des cours gratuits « pour initier des enfants aussi petits à la langue et à la culture arabes ». « C’est le signe d’une société qui change, qui est plus ouverte aux cultures différentes de la nôtre et propres à nos camarades d’école, y compris du point de vue linguistique, instrument premier et base de toute relation avec autrui ».

Le site de réinformation Noreporter, dirigé par Gabriele Adinolfi, relaie l’information sous ce titre magnifique : « Autrefois, nous apprenions le latin ». Tout est dit.

Crédit image : copie d’écran du 4em lien donné dans le texte, l’école Coletti.