Sicile : le clandestin marocain incendiaire avait aussi violé le chien !

Sicile : le clandestin marocain incendiaire avait aussi violé le chien !

06/02/2013 – 10h00
RAGUSE (NOVOpress) – Le Corriere di Ragusa l’appelle « le Marocain sans frein ». Pendant plus d’un an, il a fait régner la terreur dans les campagnes de Raguse (la province sicilienne la plus concernée par l’immigration, avec un taux d’immigrés plus de deux fois supérieur à la moyenne régionale, selon le dernier rapport de la Caritas).

Il avait commencé en novembre 2011 en incendiant 3000 m2 de serres où étaient cultivées des tomates : 20.000 euros de dégâts pour le cultivateur. En décembre dernier, il avait encore mis le feu à un hangar et à deux serres dans une exploitation appartenant à deux frères de la région, provoquant un dommage de 10.000 euros. Dans l’intervalle, il avait commis une série de vols en tout genre dans les fermes : des volailles, un téléviseur, des outils agricoles, une cuisinière avec sa bombonne de gaz, une machine à café, une chaîne hifi…

Le criminel mettait régulièrement hors service les caméras de surveillance mais, lors de son dernier forfait, il en a oublié une, dont les images ont permis aux carabiniers d’Acate de l’identifier. Il a finalement été arrêté lundi. Il s’agit d’un Marocain de 32 ans, immigré clandestin, déjà connu des services de police pour des faits de vols et de violences. Une perquisition dans son repaire (un cabanon abandonné) a permis de retrouver la plus grande partie des objets volés.

Le Marocain avait été employé quelques jours par une des fermes en question, mais avait été vite renvoyé à cause de sa faible productivité et de ses abus de boisson. On suppose donc qu’il était en partie inspiré par la vengeance.

Dans la ferme où il a été filmé, la caméra l’a en outre saisi en train de violer le chien – une chienne de chasse, de taille moyenne –, qu’il a soumis à des rapports sexuels répétés.

Le Marocain a été conduit à la prison de Raguse. Il devra répondre d’une liste impressionnante de chefs d’accusation : violation de domicile, dégradations suivies d’incendie, vol dans habitation particulière, vol dans entreprise agricole, mauvais traitements sur animaux… Tout cela « avec la circonstance aggravante d’avoir commis ses crimes alors qu’il se trouvait irrégulièrement sur le territoire italien ».