Italie : Agressée par son fiancé pakistanais « au nom d’Allah et de la vodka »

Italie : Agressée par son fiancé pakistanais « au nom d’Allah et de la vodka »

20/01/2013 –  14h30
RAGUSE (NOVOpress) – C’est arrivé à Raguse, en Sicile, ville classée au patrimoine mondial de l’UNESCO pour son architecture baroque, et qui s’illustra notamment dans l’histoire en chassant les occupants arabes en 1090, avec l’aide, selon la légende, de saint Georges descendu du Ciel.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, une femme, décrite par les journaux locaux comme « une ragusaine de 32 ans », recevait chez elle son « fiancé », Amran Jhah Syed Ali, Pakistanais de 23 ans, demandeur d’asile sans emploi. Le Pakistanais était arrivé avec un ami tchadien pour regarder un film à la télévision. Ils en ont profité pour vider à eux deux une bouteille de vodka.

Cette touchante scène de fraternisation multiethnique s’est brutalement interrompue quand l’Italienne « s’est permis de prononcer en vain le nom d’Allah ». Son « fiancé » s’est alors jetée sur elle après avoir brisé de fureur la bouteille de vodka. Le Tchadien, qui a tenté de le calmer, a été blessé à la main.

La femme s’est réfugiée dans sa chambre à coucher, où elle s’est enfermée à clé et d’où elle a appelé au secours les carabiniers, vers une heure du matin, pendant que le fiancé tentait de défoncer la porte.

À leur arrivée, les carabiniers ont constaté que les deux immigrés étaient en état d’ivresse et que le mobilier de l’appartement avait été dévasté. Le Pakistanais s’était lui aussi blessé à la main, soit en brisant la bouteille soit en donnant des coups de poing contre la porte. Une ambulance l’a emmené aux urgences avec le Tchadien. L’Italienne, encore sous le choc, est allé dormir chez une amie.

Mais la nuit a continué d’être agitée pour tout le monde. Une fois soigné pour sa main, le Pakistanais s’est mis à la recherche de sa fiancée. Il s’est rendu à la maison de l’amie, où ses cris ont obligé les carabiniers à intervenir à nouveau, à trois heures du matin. « Une patrouille a ramené l’individu, visiblement agité et encore sous l’effet de l’alcool, à la communauté qui l’accueille en tant que demandeur d’asile ».

« Mais cette seconde intervention n’a pas non plus suffi à ramener à la raison l’étranger », qui s’est de nouveau rendu chez l’amie et a défoncé la porte d’entrée de l’immeuble avec une grosse pierre. Deux voitures de carabiniers sont venues à la rescousse. Le Pakistanais a finalement été interpellé, non sans difficulté, et on lui a passé les menottes, après qu’il s’était jeté sur un des militaires et s’était battu par terre avec lui. Il a été placé en détention provisoire à la prison de Raguse.

Amran Jhah Syed Ali a été inculpé de résistance et violence à agent de la force publique, coups et blessures, menaces aggravées, dommages aux biens.

Parmi les journaux locaux, la Gazetta Iblea titre : « Pakistanais menotté au nom d’Allah ». Le Corriere di Ragusa  est plus descriptif : « Il attaque sa fiancée qui prononce en vain le nom d’Allah ». Insula Report (copie d’écran en Une) est plus équilibré et sans doute plus exact : « Fureurs au nom d’Allah et de la vodka ».