[Tribune libre] Emission "Mots croisés" sur le mariage homo : les leçons d'un débat - par Frédéric Barnier

[Tribune libre] Emission “Mots croisés” sur le mariage homo : les leçons d’un débat – par Frédéric Barnier

17/01/2013 – 16h00
PARIS (NOVOpress) - Lundi soir sur France 2, l’émission Mots croisés donnait la parole à quelques acteurs du débat sur l’ouverture du mariage aux homosexuels : Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement ; Henri Guaino, ancienne plume de Nicolas Sarkozy ; Bruno Gollnisch du FN ; Barbara Pompili, co-présidente du groupe EELV à l’Assemblée et l’abbé Grosjean du diocèse de Versailles. Un constat s’impose : le camp des “anti” a remporté la bataille. C’est si rare que la droite gagne un débat d’idées qu’il est important de le noter. On peut tirer plusieurs leçons de cette foire d’empoigne qui, pour une fois, n’a pas viré à la victoire triomphante du camp autoproclamé du Progrès.

D’abord, ce débat sur une question essentielle, anthropologique même puisque le mariage homosexuel interroge notre regard sur la nature de la famille et sa place dans la civilisation, a permis à la droite… d’être vraiment à droite. Et ce de plusieurs manières. D’abord en défendant la famille contre les savants fous de la majorité, 343 alchimistes en tout et pour tout*, qui prétendent décider entre eux, confortablement installés dans leurs bancs rembourrés, de détruire cette institution plurimillénaire qu’on appelle la famille en la vidant de son essence même : la parité et la complémentarité homme-femme, père-mère. L’un des moments forts du débat fut le récit de son enfance par Henri Guaino, « élevé par deux femmes », sa mère et sa grand-mère : « Vous ne me feriez pas dire que deux personnes de même sexe ne peuvent pas donner un immense amour à leurs enfants (…) Je n’aurais permis à personne de dire que ce n’était pas ma famille ». Mais « Vous ne saurez peut-être jamais toutes les blessures et les douleurs d’un enfant qui n’a pas eu de père (…) Les enfants qui n’ont pas de père ont des blessures secrètes ». A ce moment précis, la droite était le camp de l’émotion. Evidemment, celle-ci fut si souvent au pouvoir ces dernières décennies que la gauche avait oublié ce que ça faisait que d’être dans le camp des révolutionnaires froid et obtus. Ce débat le lui a rappelé. Najat Vallaud-Belkacem et Barbara Pompili ont donc été bien en peine de répliquer. La défense de la famille a permis à la droite de redécouvrir les valeurs que, sur le plan économique, elle a sacrifié sur l’autel de la compétitivité : la tradition, l’expérience, la prudence, la notion éthique et morale de limites, le respect du produit de la sagesse accumulée des siècles passés. Enfin, la droite s’assume réactionnaire dans le noble sens du terme : face au rouleau compresseur de la table rase, elle ne baisse pas les yeux devant ce qu’on lui présente comme un inéluctable progrès – alors qu’elle le ressent intimement comme une régression barbare. Elle ne peut pas s’empêcher de témoigner de son écœurement. Bref, elle réagit !

Ensuite, la droite redécouvre la démocratie directe, qu’elle avait passablement ignorée en 2007, lors du passage en force du Traité de Lisbonne par les députés français alors que le peuple l’avait refusé sans ambiguïté par référendum deux ans plus tôt. Durant toute l’émission, Guaino comme Gollnisch (et l’abbé Grosjean) n’ont cessé de parler de la nécessité de faire « participer le peuple à la décision », pour « apaiser tout le monde », plutôt que de « diviser les Français », et d’appeler par conséquent à la « responsabilité du chef de l’Etat ». De fait, la gauche se retrouve du côté des pères fouettards, autoritaires et sans cœur, pendant que la droite – c’est encore plus rare ! – est du côté du peuple. Deuxième victoire haut la main !

Bruno Gollnisch a démonté l’égalitarisme de façade de Najat Vallaud-Belkacem qui écartait l’hypothèse de la GPA (Gestation pour autrui, par mère porteuse) alors qu’elle sait fort bien qu’après la PMA (promise pendant quelques mois par la majorité), les homosexuels reprocheront au gouvernement de les avoir placé en situation d’inégalité avec les lesbiennes. Une nouvelle majorité de gauche devra donc combler cette différence au nom de l’égalité comme elle le fait aujourd’hui pour l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe. Comme dans les années 70, lorsque Simone Veil promettait que l’avortement serait toujours très sérieusement encadré. Mais dans les années qui suivirent, on fit sauter l’obligation pour la jeune fille de voir un psychologue, d’être accompagné par ses parents, … C’est la spirale infernale de toute libéralisation depuis 40 ans : de l’avortement sous condition à l’avortement par tous et du PACS au mariage gay avant de passer de la PMA à la GPA, c’est-à-dire à la marchandisation du corps de la femme. Habilement, la droite se retrouvait donc dans le camp du féminisme intelligent. En plus d’être pertinente sur l’analyse historique et en termes de prospective, la droite restait dans le camp du Bien. Troisième victoire !

La quatrième victoire est évidente : c’est l’union des droites tout simplement. Durant tout le débat, Guaino et Gollnisch jouèrent en double avec une harmonie certaine, le premier amenant de la douceur et du sentiment, le second rappelant le premier à l’ordre quand celui-ci versait dans l’anti-homophobie de rigueur. Cette collaboration inopinée permit de montrer qu’il existe bien une Droite au sens philosophique du terme, qui transcendance les divergences partisanes et qui défend des valeurs simples que les électeurs de la droite gouvernementale comme de la droite nationale ont à cœur : la défense inconditionnelle de la famille, la protection de l’enfant, le respect des valeurs et des institutions traditionnelles, …

Enfin, à l’image de l’ensemble des discussions sur le sujet depuis plusieurs mois, la vraie révolution c’est qu’on a jamais vu l’Eglise aussi présente, depuis 1905, dans un débat public. Les Français, lentement mais sûrement, se réhabituent à entendre la voix de l’Eglise dans la société. Et qui sait, peut-être même que des diocèses ici ou là voient de nouvelles ouailles curieuses arriver à tâton dans les églises, intriguées par ces curés frondeurs qui osent dire ce qu’ils pensent.

Que le projet de loi Taubira soit adopté ou non, il aura au moins contribué à fissurer un peu plus le mur de la pensée unique, offert une tribune nouvelle à l’Eglise et montré que des droites adversaires par ailleurs se retrouvaient du même côté de la barricade sur l’essentiel.

Il y a toutefois une chose importante à rappeler. Certes, l’argument du référendum est une carte efficace à brandir devant l’intransigeance d’un gouvernement sourd à l’appel de la rue. Il permet aussi de gagner du temps et, pour cela, il faut en user et en abuser. Mais il sous-entend également que, si le résultat est favorable à la majorité socialiste, alors il faudra gentiment courber l’échine et accepter l’inacceptable, puisque la majorité aura parlé… Le risque, c’est donc la neutralisation démocratique de l’opinion. On ne soumet pas la barbarie au bulletin de vote. On la combat. Sans concession.

* Etrange coïncidence : le texte phare des années 70 qui lança le débat sur la légalisation de l’avortement était le Manifeste des 343.

Frédéric Barnier

Crédit photo : Caputre d’écran/Novopress.