Xenia_Sobchak

Manifestations à Moscou, la marche des millions d’euros… – Par Xavier Moreau

Pour rappel, Vladimir Poutine a obtenu en mars dernier, 45 602 075 voix, tandis que l’ensemble de ses opposants en ont obtenu 25 262 899. La presse française nous explique donc, sans rire, que Vladimir Poutine aurait opéré un bourrage d’urnes de… 20 339 176 voix.

Comme nous l’avions annoncé lors de notre dernier article, le désintérêt de la population russe pour l’agitation des groupuscules fascisto-anarcho-gauchisto-gay-libéraux, poussera ces derniers vers la radicalisation, afin de fournir la presse internationale, française notamment, en photos et vidéos truquées.

Nous n’étions pas à la marche dite des millions (en fait 50 fois moins nombreuse), qui ne fut marquée par aucun incident, pour avoir respecté les autorisations qui avaient été données aux organisateurs. En Russie comme en France, les manifestations sont soumises à autorisation. Le gouvernement russe vient simplement de faire correspondre sa législation aux législations européennes. Nous soulignerons au passage que le maintien de l’ordre en Russie est incomparablement moins violent que la répression exercée aux États-Unis contre les mouvements liés à « occupy Wall-Street ».
Enfin Ksénia Sobchak (photo), mélange de passionaria et de Paris Hilton, va devoir expliquer l’origine du million d’euros trouvé chez elle dans des enveloppes. La belle égérie affirme pour l’instant, qu’il s’agit de ses économies et qu’elle ne fait pas confiance aux banques… Il semble que pour l’opposition anti-Poutine, il soit plus facile de réunir des millions d’euros que des millions de militants.

Armement franco-russe

Suivant toujours scrupuleusement le mot d’ordre du département d’État américain, la presse française s’est émue de la collaboration franco-russe dans le domaine de l’armement. Parmi les organes de propagande dont Hillary Clinton dispose en France nous retiendrons cette fois France 24. Après nous avoir vendu la guerre en Libye, la chaine « française » tâche d’en faire autant avec la Syrie. La propagande est y tellement grossière, que nous finissons par nous dire que le public visé est composé de simples d’esprit. La palme peut être décernée au reportage du 23 mars 2012, qui se passe de commentaires (le passage à 3 min 19 vaut le détour, notamment avec l’excellent doublage de France 24).

Une des explications de la position russe se trouve dans ces reportages ridicules. Ni Vladimir Poutine, ni Sergei Lavrov, ni personne au sein du ministère russe des affaires étrangères ne croit cette propagande grossière. Si l’URSS était « l’empire du mal » pour Ronald Reagan, les États-Unis sont pour la Russie, « l’empire du mensonge ». Rarement dans l’Histoire des relations internationales, une puissance n’aura menti aussi massivement et aussi systématiquement. La patience des Russes à ce sujet fut exemplaire, mais il semble désormais que Sergei Lavrov soit fatigué de faire semblant de croire à la bonne volonté d’Hillary Clinton.

La véritable inquiétude du département d’Etat ne vient pas des hélicoptères russes mais des systèmes anti-aériens russes qui sont les meilleurs au monde et qui rendent impossibles les bombardements d’appui au sol et très périlleux le bombardement des populations civiles, qui reste le moyen favori du Pentagone pour faire plier les gouvernements insoumis.

La Russie a au contraire montré qu’elle était un facteur de stabilité, notamment dans le Caucase où son intervention mit fin à la tentative de nettoyage ethnique entreprise pas Mikhail Saakashvili. Le rapport de l’Union Européenne a d’ailleurs confirmé la légitimité de la riposte russe.

La France a donc le droit, parce que c’est son intérêt, et le devoir, parce que la Russie est un allié historique, source de stabilité régionale, de collaborer avec elle en matière d’armements. Le nouveau Président français et son nouveau Premier Ministre, sont réputés pour leur pragmatisme, la relation franco-russe sera une occasion parfaite de le vérifier.

Création de l’Observatoire franco-russe

Nous avons appris avec une joie non dissimulée la création de l’Observatoire franco-russe. À l’origine de ce projet se trouvent deux grands amis de la Russie, Emmanuel Quidet et Jean-Gabriel Arqueros. Ces deux hommes d’affaires, en prise permanente avec la réalité économique russe, ont une vision diamétralement opposée aux âneries de la presse française. C’est sans doute par crainte de voir cet institut accusé de « poutinisme », que ces deux russophiles ont confié la direction de l’observatoire à Arnaud Dubien, grand défenseur des révolutions oranges et critique véhément de Vladimir Poutine (son éditorial d’Eurasian Intelligence n°13 reste un modèle du genre). Sa première note d’analyse sur le nouveau gouvernement russe est un bon résumé de ce que l’on peut trouver dans la presse russe. Malgré un effort évident pour rester factuel, le nouveau directeur de l’observatoire n’a pu s’empêcher de nous servir une petite leçon de morale démocratique (bas de la page 2), tout en nous resservant subtilement le mythe de l’opposition Poutine-Medvedev.

Nous sommes cependant persuadé qu’Arnaud Dubien, avec les moyens dont il dispose, sera capable de faire mieux que les journalistes français basés à Moscou, ce qui ne devrait pas être très difficile. Une petite suggestion d’analyse : « d’où provient le million d’Euro réparti en petites enveloppes trouvé chez Ksenia Sobchak ? ». En tout état de causes, Realpolitik se fera un plaisir d’être un observatoire de l’observatoire.

Xavier Moreau

 

À propos de l’auteur
Xavier MoreauXavier Moreau

Saint-Cyrien et officier parachutiste, titulaire d’un DEA de relations internationales à Paris IV Sorbonne, spécialisé sur les relations soviéto-yougoslaves pendant la guerre froide. Fondateur d’une société de conseil en sûreté des affaires, installé en Russie depuis 12 ans, travaillant également sur l’Ukraine, le Kazakhstan et la Serbie.

[box class="info"] Source : Realpolitik.tv. [/box]

Crédit photo de Ksénia Sobchak : A.Savin, licence CC.